mardi 30 septembre 2008

mon pain moche mais troptrop bon

Je réalise que je n'ai plus donné de nouvelle de mon levain et pourtant !

Voilà maintenant quelques mois que celui-ci mène sa vie très active de levain.
Au début j'en prenais grand soin, ébouillantant systématiquement le pot de confiture avant de poser une belle quantité de levain prélevée sur la pâte levée de la nuit... et puis petit à petit je me suis juste contentée de laver le pot, d'y déposer une simple cuillerée à soupe de pâte et basta !
J'ai aussi cherché longuement comment faire un pain présentable, j'ai tenté mille textures de pâte et un jour, lassée, opté pour une terrine maintenant, le temps de la cuisson, une pâte presque liquide. Je fais des pains moches certes, mais magnifiques au palais.

Voici donc ma recette du pain au levain d'en ce moment.

Or donc, levain travaille doucettement dans son pot à confiture, sans plus de surveillance, il mène sa vie de levain le temps que nous finissions de manger la dernière fournée.
La veille de la cuisson, le soir de préférence, je remplis le pot de confiture d'eau et dissous ainsi le levain totalement. Dans ma machine à pain, tout d'abord je mets quatre cuillères à café de sel (j'ai en ce moment de la fleur de sel d'Oléron rapportée par JP de ses vacances. Le chanceux !) puis je verse un kilo complet de farine bio (T65 en général, mais l'autre jour j'avais acheté par mégarde de la T130 et le pain était excellent aussi). le programme démarre et je verse ensuite le levain liquide et une certaine quantité d'eau, que j'adapte au fur et à mesure du brassage, (en moyenne il me semble que cela doit être de l'ordre d'au moins 700ml) pour arriver à une consistance presque liquide (une pâte très souple). Je laisse la totalité du programme pâte levée se faire (soit une heure et demie), puis je verse ma pâte dans un grand saladier en verre que je recouvre d'un linge humide.
Je laisse reposer et lever la pâte une nuit et souvent la matinée. Tout dépend de la température et de l'humidité de l'endroit où elle lève. La salle de bain est parfaite, chaude, humide, sans courant d'air, mais malgré tout cela reste très aléatoire.
Dès qu'elle me semble suffisamment levée, elle triple de volume en général, je prépare les terrines. Je les chemise alors, avec un papier que j'ai préalablement froissé pour qu'il en épouse la forme, et surtout que j'ai huilé (huile d'olive) légèrement pour que le papier se détache bien en fin de cuisson.

Je remplis au trois quart les terrines et laisse lever une seconde fois la pâte. BIEN SUR, j'ai prélevé une bonne cuillerée à soupe de pâte pour mon levain, que je mets de côté dans son pot propre et juste recouvert d'un bout de papier alu (pour éviter la poussière et autres petits trucs qui se baladent dans les airs).
Il faut en général quatre à cinq heures pour que la pâte soit prête à cuire. Elle a bien levée, on voit les bulles de fermentation.
Je préchauffe mon four sur 8 pendant une petite demie-heure, puis j'enfourne les terrines ,recouvertes les trois premiers quart d'heure de cuisson.

Le dernier quart d'heure, couvercles retirés, sert à dorer les pains (faire attention lorsque l'on retire les couvercles de bien se protéger les mains et avants-bras pour ne pas se brûler avec la vapeur qui s'échappe). Recouvrir la terrine permet d'avoir un pain moelleux et croustillant. La croûte est moins épaisse, le pain est plus humide, mais il faut ce quart d'heure couvercle retiré, pour que le pain prenne sa couleur de miel de sapin.
Mon pain est moche, il n'a rien d'un beau pain de boulanger, mais son goût est à tomber de bonheur et puis il se conserve (si on lui laisse le temps) plusieurs jours.

Le seul problème (et de taille) c'est qu'il est si bon que l'on en mange trop !

Edit du soir :
La machine à pain n'est évidemment pas indispensable. Comme de toute façon la pâte lève une bonne nuit, le pétrissage n'a pas à être fait longuement. Mon frère qui m'a initié au levain, et n'a pas de MAP, la brasse rapidement, suffisamment pour que les ingrédients soient liés entre eux, mais sans plus.
Le levain supporte des températures très variées. Et dernièrement, mon frère (toujours lui) s'extasiait d'un vieux levain resté sans surveillance des semaines durant dans notre maison d'Alsace, tout desséché, et qui, après avoir été humecté, avait repris vie au bout de trois jours. C'est très costaud ces p'tites bestioles !

17 commentaires:

laluciole a dit…

Ton pain n'est pas moche, il n'a pas un physique facile c'est différent.

en tout cas, je suis admirative,dans mes rêves les plus fous où je deviendrais une cuisinière accomplie, je n'aurais même pas envisagé de faire mon pain ;-)

samantdi a dit…

J'admire le résultat mais je suis rebutée par toutes les manipulations que doit faire la cuisinière, cela me semble long et fastidieux !

Tu sembles, toi prendre beaucoup de plaisir à faire et manger ce délicieux pain, c'est le principal.

Olivier Autissier a dit…

Franchement, je ne le trouve pas moche du tout.

sandrinexpat a dit…

Il est très beau...c'est faisable sans machine ou c'est vraiment galère ? Je pense que le pétrissage est indispensable, snirf...

dieudeschats a dit…

Je ne me suis pas encore lancée dans la grande aventure du levain, j'ai peur qu'il meurre de froid chez moi :(

dieudeschats a dit…

sandrinexpat, il y a des recettes de pain sans pétrissage et le résultat n'est pas mauvais ! C'est comme ça que je faisais avant qu'on ne m'offre une machine à pain... l'avantage principal de la machine à pain (selon moi), c'est de maintenir automatiquement la bonne température pendant les levées.

Veuve Tarquine a dit…

J'ai faim... mais faim !!

dr CaSo a dit…

Ahhh, je n'ai pas réessayé de faire du pain depuis ma première tentative... C'est vrai que c'est long à faire, mais quel plaisir de manger son propre pain! Je retenterai peut-être l'affaire cet hiver (parce que là, je trouve du pain absolument exqui au marché). Je me souviens de ton pain que j'ai eu la chance de goûter et c'est vrai qu'il était parfait!!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Aïe aïe aïe, mon texte était bourré de fautes ! J'ai essayé de corriger le maximum trouvé. Et sinon j'ai rajouté un petit bout de texte pour répondre aux questions.
La Luciole, je vais effectivement le présenter comme cela dorénavant.
Samantdi, en réalité ce pain est très facile à faire une fois que l'on a mis en route un levain (il existe dans les magasins bios du levain desséché à juste activer)
A tous, vous êtes vraiment très aimables de trouver mon pain moins laid que je ne le présente :)

Fauvette a dit…

Je suis comme Samantdi, je le trouve attirant ton pain, cela me fait plaisir que cela te fasse plaisir de le faire !
Mais je ne me vois pas me lancer dans une telle entreprise !

Valérie de Haute Savoie a dit…

Pourtant Fauvette, si tu savais comme ce pain est un remueur de souvenirs (le pain que nous cherchions chez le boulanger lorsque j'étais toute petite avait ce goût là) et rien que cela vaut la peine de ce travail somme-toute peu contraignant.

dieudeschats a dit…

Merci pour les précisions, je vais peut-être me laisser tenter du coup :D
(En plus ça me trotte dans la tête depuis que tu en as parlé, cette histoire de mélange "levure + farine complète" qui n'est pas idéal...)

Lancelot a dit…

Sur blog, on peut mettre des photos, des fichiers musicaux, des films, même, mais pas de diffuseur d'odeurs... Quel dommage ! Rien qu'à le regarder, ton pain donne l'impression de sentir bon...

(Remarque, voyons les choses du bon côté : au moins on est obligé de résister à la tentation d'en dévorer, et de grossir !)

Ta recette avec "levées successives" m'a rappelé la préparation du Kouglof de ma Maman... Oui, je sais : un jour, toi et moi..............

Valérie de Haute Savoie a dit…

Lancelot, tant mieux parfois, parce que certaines photos ne sentiraient peut être pas trop bon.
DDC je ne peux que t'encourager, et si tu as le temps, faire son levain toute seule est aussi un petit truc très plaisant (et gratifiant).

dieudeschats a dit…

Je parlais bien de faire mon levain, car pour le reste je fais déjà mon pain depuis deux ans ;-) Pas beaucoup le temps de faire des "essais" mais il y a quelques jours je me suis lancée dans la farine de seigle, miam !

Valérie de Haute Savoie a dit…

DDC, c'est parce qu'il existe du levain lyophilisé que je disais cela.
Là je suis entrain de manger un morceau de mon pain avec un bout de jambon..... une tuerie !

Jipes a dit…

Belle recette et très bien illustré Valérie Merci ! Il a l'air très sympa ce pain
Dommage qe le Net en permette pas de goûter ;o)