lundi 19 février 2018

Docteur granulés

Samedi, alors que je cherchais les petites boites de pâté pour Chamade, mes yeux sont tombés sur un truc qui m'a immédiatement interpellée, un complément de litière qui analyse l'urine des chats !

LE truc que je n'imaginais pas mais qui m'a semblé instantanément indispensable.

Chamade est dans sa treizième année, boit de plus en plus et a, par sa particularité d'avoir des gènes siamois, des risques accrus de problèmes rénaux. Cela fait plusieurs mois que je me dis qu'il faudrait que je fasse faire des examens sanguins pour voir si elle n'a pas les reins malades.
Alors évidemment j'ai acheté ces cristaux magiques et dès mon retour, je les ai mélangés à sa litière (propre).

J'étais certaine de retrouver la litière rouge violette tant j'étais convaincue qu'elle vivait sa dernière année (oui je suis une optimiste née). Et quelle ne fut mon étonnement, de voir après son passage, que ceux-ci restaient clairs et jaune pâle.

Je vais régulièrement faire le test, mais je me sens terriblement allégée de la savoir encore en bonne santé, et je n'ai plus un pincement au ventre lorsque je la vois boire avec concentration.



Je me suis dit que cela pouvait intéresser mes copains des chats, voilà la raison de ce bref billet et je file faire mon yoga.

Et bien entendu, aucun sponsoring rien de rien !

mardi 13 février 2018

un truc qui sent divinement bon




Il y a tant de choses qui sentent divinement bon.
La fourrure de Chamade lorsqu'elle revient de la forêt ou lorsqu'elle s'est délassée dans une flaque de soleil.
L'odeur de la peau de mes bébés lorsque je les embrassais le matin, sur la nuque, à la naissance des cheveux.
La terre sèche qui d'un coup se gorge de pluie chaude en Eté.
Le sapin tout juste coupé que l'on dresse avant de le revêtir de sa parure à Noël.
Le café au réveil, le pain chaud et craquant, les sous-bois où se cachent les champignons en automne.
Les fleurs qui éclosent, là, maintenant, montées de leurs bulbes, narcisses odorant, légèrement, suavement.

Oui ! Elle a raison DrCaSo, il n'y a rien de plus facile comme sujet que celui de ce mois-ci. Et jusqu'à ce soir il est encore temps pour participer à cette palette d'odeurs divines.


Et pour les prochaines fois, c'est qu'il faut aller voir pour les règles du jeu.

samedi 10 février 2018

#7jours7photos

Mise au défit par @PabloNSN sur Twitter,
Voici mes #7jours7photos du quotidien, en N&B, pas de gens, pas d'explication.


JOUR 1


JOUR 2



JOUR 3


JOUR 4


JOUR 5


JOUR 6


JOUR 7

jeudi 8 février 2018

Paris sous la neige

Il fut un temps où G. et moi faisions quasi mensuellement le trajet Genève Paris Genève en avion. Business class, champagne, hommes d'affaire en complet bleu marine et sacoche en cuir. Nous partions tôt le matin, revenions un peu tard le soir, JP nous cherchait à l'aéroport, le luxe.
C'était l'exigence du staff qui suivait G., trajet court pour les visites post transplantation, et business pour pouvoir être remboursé s'il fallait l'hospitaliser dans le cas où les examens seraient mauvais.
G. adorait, en grand seigneur demandait son verre de jus d'orange à l'hôtesse à peine assis, faisait parfois un tour dans le cockpit et collectionnait les avions et autres miniatures offertes par Swissair.
A Paris nous prenions le taxi direction Bicètre, hop hop, visite, échographie, radio, prises de sang et repartions vers Roissy à 17h00. Nous étions en général à la maison vers 20h00. N'aurait été l'angoisse de mauvais résultats, je me serais sentie princesse.

Un matin, alors qu'il neigeait déjà sur les Alpes, une tempête digne de ces jours s'abattit sur Paris. Les pistes recouvertes et glissantes devenues dangereuses, l'atterrissage fut interdit à notre avion qui patientait en l'air. Il fallait attendre que les déneigeuses aient dégagé la neige, mais nous prévint l'hôtesse, il est question que nous allions à Bruxelles et que l'on prenne le bus pour rejoindre Paris.
Il me semble en avoir parlé dans un billet, les hommes d'affaire devenant grossiers, insultants, agressifs au fur et à mesure que les minutes s'égrenaient. Nous avions tourné un peu plus d'une heure, au dessus de Paris. En bas cela s'activait, la piste praticable, nous nous sommes posés sans encombre, mes gracieux compagnons de voyage, soufflant leur exaspération, n'adressèrent même pas un mot à l'hôtesse qui avait gardé son calme et son sourire.

C'est en quittant Roissy que nous découvrîmes Paris sous la neige. G. le nez écrasé sur la vitre du taxi, vibrait d'émotion, les parcs que nous contournions étaient duveteux, les grilles surmontées de leurs petits chapeaux blancs. C'était si beau, si paisible.

Le soir en repartant, tout était devenu gris et sale, mais je garderai toujours l'image de ce Paris enchanté découvert ce matin là.

dimanche 4 février 2018

les belles surprises

Week end ensoleillé, froid, ciel azur, je gratouille mes jardinières, enlève les feuilles mortes, déterre les plants de tomate. Tiens une tomate jaune mirabelle restée accrochée ! Une fois passée sous l'eau, je la croque, elle est encore bonne, un peu farineuse. La menthe qui semblait morte définitivement, révèle en la sortant de terre, de grosses racines bien jaunes, vivaces. Hop hop je replante la motte, coupe les feuilles desséchées, un peu d'eau, on verra bien si cela repart.

En descendant de chez Cultura où je pensais trouver des petites puces pour boucles d'oreilles afin de ne plus les perdre, et d'où je suis repartie sans puisqu'il n'y avait rien de tel, je me suis arrêtée chez Botanic. Je voulais prendre un pot de cypérius pour Chamade, et j'en ai profité pour acheter quelques bulbes de narcisses doubles.
En rentrant, je me mets donc au jardinage, replanter l'herbe du chat dans un joli pot, trouver une jardinière pour mes bulbes tout nouveaux. Je trafique, je plante, je gratte, cherche un pot sur les balcons, un qui conviendrait soit à l'herbe soit aux bulbes. Celui qui traîne depuis quelques mois, posé sous les papyrus de JP, je l'empoigne et...


Quel bonheur ! Ces bulbes que j'avais mis au rebut avant de les emporter en Alsace (*), sans eau, cachés du regard, ont démarré tout seuls leur printemps.

Et c'est fou comme ce petit miracle m'a mis en joie.



* nous apportons tous nos bulbes défleuris dans la maison d'Alsace et les replantons au hasard de nos pas. Au printemps c'est amusant de découvrir les jacinthes, les jonquilles et les narcisses colorés qui parsèment les alentours. 

samedi 3 février 2018

Oh !

petit matin

En me levant, quel surprise, il a neigé en plaine !

Les Voirons sont blancs depuis le début de la semaine, mais découvrir les toits et les voitures saupoudrées est si réjouissant.
Certes j'aime voir quelques fleurs pointer le bout de leurs pétales et les jours rallonger, mais la neige a toujours cet effet d'émerveillement.

mardi 30 janvier 2018

janvier déjà




Au bureau le mois de janvier est passé très tranquillement, peu de sorties, peu d'entrées, peu de travaux et une augmentation due à mon ancienneté bienvenue.
Nous avons repris notre régime végétalien avec de très rares coups de canif, et pour tout dire, je ne vois pas de changement dans ma santé. Ni mieux, ni moins bien, pas un gramme de perdu, mais pas un de pris.
Cette année JP avait fait les voeux à temps, une fournée est partie relativement tôt, l'autre a dû attendre que le virus qui s'était lové dans l'ordi soit éradiqué pour pouvoir continuer l'impression, mais ce chien en 3D fait de bouchon de champagne était de toute beauté.



Et Chamade a eu beaucoup de succès en chien.

Je n'ai pas encore acheté mon nouveau vélo, mais avec les pluies assez abondantes j'ai surtout utilisé ma voiture. L'occasion pour constater qu'elle avait le bas de caisse troué (sans doute) puisqu'il y avait une flaque du côté conducteur. J'éponge avec une serviette de plage, mais cela m'étonnerait que cela passe au contrôle technique de juin. Du coup nous nous tâtons pour l'achat d'une nouvelle voiture et je prendrai alors l'Insight qui a maintenant 9 ans.
Et surtout nous nous sommes offert en début d'année, grâce aux soldes, un téléviseur avec grand écran. Il va m'être de plus en plus difficile de me déplacer au cinéma avec un tel confort chez moi (plus d'odeurs de popcorn, plus de smartphones qui sonnent, plus d'imbéciles qui bavardent à haute voix).

Aujourd'hui je teste pour la première fois l'état des lieux sur tablette, janvier se meurt doucement...