dimanche 19 août 2007

Vue par le chien-assis
J'y ferais juste un saut, les voir, les embrasser, sans effusion jamais, mais les voir une fois, une fois encore...
Cette vie si brève, qui d'un soupir efface une histoire, mais laisse à jamais gravé les regrets... blessure jamais refermée...
Cette fois là où je n'avais pas décroché le téléphone, laissant mon père déposer son message.... plus tard, je rappellerais plus tard... cette autre fois où je n'avais pas écouté l'anecdote racontée par ma mère pour la dixième fois, agacée par son égocentrisme... ce jour où, marchant à côté de mon frère, j'avais eu honte de son côté "original, décalé, un peu dingue"... ce jour qui était le dernier où je le voyais...
Lui était mort et je marche encore et encore regrettant d'avoir privilégié ma honte à mon amour pour lui...
Eux sont encore là, ils vieillissent vite, très vite et même si notre relation conflictuelle ne pourra jamais être vraiment reposée, si je sais qu'il ne sera pas possible de poser sereinement mes pourquoi... Je ne veux pas porter ce fardeau rempli de regrets que je peux maintenant éviter en toute conscience.

Je pars demain, avec chat et enfant juste quelques jours. Ils ont la bougeotte, l'Alsace n'a pour l'instant plus d'attraits depuis qu'à Oléron ils ont trouvé leur nouvelle tanière. Je vais les embrasser, leur montrer nos photos de vacances, et "fermer" la maison après leur départ. Chamade retrouvera ses étendues d'herbe délicieuse qui la transforme en félin redoutable. Et puis nous reviendrons le coeur léger d'avoir effacé un futur regret... je me mettrais enfin à ma recherche active d'emploi.

9 commentaires:

dr. CaSo a dit…

La distance qui me sépare de ceux que j'aime m'a très vite forcée à tout faire pour essayer d'éviter ce genre de regret terrible...

Bonnes re-vacances à vous tous :)

Fauvette a dit…

Encore quelques jours iodés, tu as raison... A bientôt Valérie, je t'embrasse.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Dr CaSo n'est ce pas aussi une question d'âge ?
Fauvette je file en Alsace bien loin des paysages marins bourrés d'iode !

Marc a dit…

Une note comme un miroir. Moi j'ai fais le choix de ne pas y aller. A bientôt.

Laurienna a dit…

Ah, ca ressemble a ce que je vais faire en Septembre...au moins tu ne les recois pas chez toi,c'est deja ca? :). Bon courage ;)

alain a dit…

ce que tu écris me rend un peu triste et nostalgique.Il ya malheureusement des parents avec lesquels malgré toutes nos tentatives et nos efforts on ne communiquera jamais réellement,sinon comme avec ma mère qqs jours avant qu'elle ne disparaisse.Alors qu'elle savait sa fin prochaine,elle a eu des mots qu'elle n'avait jamais pu prononcer avant et qui prouvaient qu'au fond d'elle même,elle devait savoir aimer.

dieudeschats a dit…

Pour continuer sur le sujet, l'excellente note de José :)
http://carnetsdenuit.typepad.com/carnets_de_nuit/2007/08/nicolas-sarkozy.html

dieudeschats a dit…

(Zut, me suis trompée de note, j'ai trop d'onglets ouverts... désolée !)
-
J'ai peur de ce regret. Une de mes amies est morte très jeune et depuis, j'ai pris mon courage à deux mains et écrit une lettre à mes parents pour leur dire à quel point je les aimais, les remerciais d'être là, d'être eux. Je suis plutôt timide et pas très extravertie, je ne me sentais pas de taille à leur dire tout cela oralement, sans rien oublier, sans pleurer d'émotion. Comme cela ils n'ont plus le moindre doute sur la place qu'ils occupent dans mon coeur...

antagonisme a dit…

J'essaie vainement d'imaginer ce que tu ressens. Ma mère est morte et je lui en veux toujours. Je suis soulagée qu'elle ne pèse plus sur ma vie.