jeudi 31 mai 2007

Tom-tom

Le hasard ? Ce matin, buvant mon café, j'essaye de m'abonner à différents flux. Je vais chez Samantdi, clique sur RSS et pouf je suis sur une page Google où un petit pavé s'affiche avec ses trois derniers articles. A côté se trouve déjà un autre pavé "Marron Show" qui s'est apparemment installé ici tout seul. Avant de le supprimer, je clique sur un des articles "des nouvelles de Tom Tom"..... stupeur.... un petit garçon au sourire tendre me renvoie 15 ans en arrière.

 
....Nous sommes partis tous les deux pour notre premier voyage en train le 30 septembre 1991. J'avais pris contact, sur les conseils de ma soeur, avec un médecin spécialisé dans les maladies du foie à Kremlin Bicètre. Ici je passais pour une mère un peu saoulante, agaçant le pédiatre débordé,avec mes questions angoissées. Mais le médecin que j'avais eu là bas, avait eu l'air un peu plus inquiet et lorsque je lui avais dit être encore en congé maternité et donc libre de passer la voir, m'avait donné rendez-vous le 1er octobre pour une hospitalisation de jour. "Au moins tu seras fixée" m'avait dit mon frère.
Nous devions être à 8 heures dans le service. J'avais un plan vite griffonné sur une enveloppe, et guidais le chauffeur de taxi dans cet hôpital dont je connaîtrais un jour, à force, tous les recoins.
Bâtiment entièrement dédié à la pédiatrie, 4ème étage, on nous installe dans une petite chambre, sur la porte le prénom de mon fils. Nous sommes attendus. Le programme est chargé, et la majeure partie de la journée nécessite qu'il soit à jeun. Dur pour un petit bébé à l'appétit vorace, et pour moi qui allaite et commence déjà à me sentir à l'étroit dans mon soutien-gorge.
Le médecin, jeune femme blonde aux yeux bleus, vient nous saluer et faire la connaissance de mon bébé. Il y a sur une étagère, une dizaine de petits pots dans lequel je devrais à chaque selle y mettre un échantillon. Premières prises de sang et nous filons à l'échographie. Une tétine dans la bouche, mon fils est sage et s'endort sur le lit. Le radiologue pose la sonde sur son ventre gonflé, et se concentre sur l'écran. Je suis en retrait... silence de plomb. Il se lève, va chercher un collègue et tous les deux se replongent le nez sur l'écran. Un troisième appelé en renfort, muni de la sonde, essaye visiblement de trouver une image plus claire.
Je me recule aux abois, quelques paroles murmurées me parviennent brouillées.
Je suis fatiguée, fatiguée.....
L'infirmière doucement s'approche, me prend dans ses bras, me chuchote "vous savez les greffes ont un fort taux de réussite" Chuuuuut..... je m'enfonce.....

6 commentaires:

Oxygène a dit…

En te lisant, je pense à un petit garçon haut comme trois pommes que j'aime beaucoup et dont le médecin trouvait la maman trop inquiète et sans doute enquiquinante . Heureusement qu'elle l'était ! et qu'elle a changé de médecin ...Le petit bonhomme est en de bonnes mains maintenant et ce qui aurait pu être dramatique ne sera qu'un mauvais souvenir.

nounou a dit…

des frissons des frissons et encore des frissons...g vite oublier tous ces petits detailles et me rappelait que des grandes lignes, peutetre pour oublier et enfin profiter? mais bon bravo pour ce temoignage ou l'on reconnait vraiment le vecu d'une avb,et encore merci d'avoir témoigné dans "Marron show", en tout cas c'est geniale d'entendre que des "grand enfant" profitent d'une vie quasi-normal, parce que malheuresement a KB on ne voit que des maman ki acompagne leur petit pour qui Kasai n'a pas marché alors un peu d'espoir est tjrs bon a prendre merci et a biento . Nounou

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oui c'est vrai que l'on rencontre au KB peu de grands enfants en pleine santé. Nous y serons le 13 juin, pour le bilan fait tous les deux ans. Mais c'est juste un petit tour et on s'en va.

Fauvette a dit…

Tu as bien fait de suivre ton instinct, et de persévérer. Il me semble qu'il vaut mieux déranger un médecin pour rien que de se lamenter après.
Je sens ton émotion en lisant ton récit... Je t'embrasse Valérie.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Le professeur Olivier Bernard (fils de Jean Bernard) responsable du service hépato, faisait réellement confiance à l'instinct des mères et malgré son expérience, écoutait systématiquement les peurs des mères.
Mais c'est très rare.
J'ai eu la chance de tomber sur des personnes qui m'ont poussé à passer outre les avis rassurants.

merci Fauvette ;)

Anonyme a dit…

Bonjour,
Merci pour ce témognage poignant et merci d'avoir pris le temps de faire un tour sur marron-show. Je vois que nous avons tous le emérite d'y avoir cru, d'y croire.
Les compétences et valeurs des médecins qui suivent ce type de pathologie est lourde en conséquence à tous les niveaux ; aussi; merci à ceux qui donnent de leur talent et de" l'amour de leur métier !
Laurence de Marron show