lundi 10 octobre 2022

pas tout à fait absente

 Je vais bien, bien mieux depuis que ma parathyroïdes foireuse n'est plus là. Je n'ai plus mal tout le temps, j'ai enfin réussi à perdre une dizaine de kilos, il n'y a que ma voix qui n'est pas encore parfaite, mais dès que je peux je chante pour faire travailler la corde vocale endormie. Je lis et c'est vrai que le matin, entre écrire et lire, je n'hésite pas du tout. Rien de plus savoureux avant d'aller travailler que de lire en buvant mon café au lait. Tiens à propos de petit déjeuner, j'ai lu hier que cette idée de manger comme 4 le matin, comme 2 à midi et quasi rien le soir, n'était pas si scientifique que ça. L'essentiel est de manger le nombre de calories nécessaires et qu'importe le moment de la journée. Me voilà enfin déculpabilisée de faire quasiment l'inverse. Je vais encore plus savourer mon café au lait orphelin de toute tartine.

A propos de livres, j'ai lu ce week-end deux livres excellents. Le premier de Henri Loevenbruck - Nous rêvions juste de liberté - et un de Anthony Passeron - Les enfants endormis. Je vous les conseille vivement.

Dimanche dernier nous sommes allés voir une belle expo à Evian au Palais Lumière. Les Arpenteurs de rêves. Elle est là jusqu'au 1er novembre et pour qui traine dans le coin,  je la conseille aussi.

Comme mon dernier billet le prouve, je travaille toujours à l'agence. Entre un gros incendie qui a bien bien amoché un immeuble que je gère toute seule, mon mort qui n'est toujours pas tout à fait identifié, mes états des lieux et mes fuites en tous genres, la vie immobilière suit son cours. Parfois j'en ai marre, et me dis que le temps de la retraite va sonner, et puis la perspective de gagner des clopinettes me fait réfléchir.

Le truc qui me fait passer des nuits chaotiques, c'est les ennuis qui s'accumulent pour mes parents. Leur femme de ménage qui leur a volé tous leurs bijoux et montres,  mon père qui tombe tout le temps, parce qu'avoir une canne l'emmerde profondément, des papiers qui leur ont été volés dans le bus, plein de petites choses qui leurs rendent la vie plus difficile. Et être loin d'eux me rend souvent triste et angoissée.

Ils sont tout de même partis faire un tour dans le sud, chez mon frère. Mon père a oublié dans le train son iPad chéri, mais une adorable voyageuse l'a retrouvé, et l'a apporté aux objets trouvés à St Charles. Cela nous a fait à tous chaud au coeur.

Depuis trois semaines, pendant une vingtaine de minutes chaque matin, je fais un peu de musculation pour me tonifier. 

Et chaque jour je file au bureau sur mon vélo tout pourri mais qui me donne à chaque fois un souffle de liberté.



10 commentaires:

Hermione a dit…

Ma belle-mère aura 94 ans dans quelques jours. Mon mari lui a donné pour les balades en forêt un bâton de marche acheté chez Décath..., puis elle a fini par accepter de le prendre tout le temps. Ca ne fait pas canne, du coup elle veut bien le prendre et elle trouve même que les gens respectent plus son espace dans la rue depuis qu'elle l'a.

nathjo54 a dit…

Bien contente de vous lire et d'avoir de vos nouvelles. Amicalement. Nathalie de Nancy

Anonyme a dit…

Période difficile quand les parents commencent décliner… bon courage
Marie

Rubynessa a dit…

Quelle période quand on est tout le temps en soucis pour les parents qui déclinent.... Il leur arrive toujours un truc qu'il faut gérer et quand on n'est pas tout prêt c'est bien compliqué parfois....
Courage ✨✨

Valérie de Haute Savoie a dit…

Hermione, mes parents ont des bâton de marche, une canne chacun également, mais mon père trouve que cela l'encombre. Ils viennent de passer quelques jours dans le sud chez mon frère, et ma belle-soeur a exigé qu'ils prennent tous les deux leurs cannes pour marcher. Ils l'ont fait et aucun des deux n'est tombé

Merci Nathalie

Marie, oui, tout devient angoissant pour eux, ils se sentent démunis et c'est triste

Rubynessa voilà, et en plus il n'y a que ma soeur qui habite Paris et qui nous en veut de ne pas être là. Mais déjà je n'ai jamais aimé Paris et je travaille à temps plein.

Ginou a dit…

Heureuse de ces nouvelles et de te savoir plus en forme. Pour tes parents je comprends ton gros souci,l'éloignement ne facilite pas les choses!

Otir a dit…

Je pense souvent à toi, et voici que je peux de nouveau te lire. Merci à toi de maintenir ce lien si précieux malgré tous les soucis de la vie quotidienne qui t'accablent !

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ginou, oui ce n'est pas facile d'être loin d'eux, mais ils ont choisi de partir à Paris et en sont ravis. Moi déjà je n'aime pas du tout Paris, et c'est loin pour juste un week end. Mais là, je vais organiser un petit séjour en Alsace avec eux :D

Otir Oh tu es gentille de venir faire un tour ici et merci pour ton amitié :) J'essaie de revenir, mais je suis tellement absorbée par mes activités matinales, que j'oublie mes bonnes résolutions :)

Dr. CaSo a dit…

La distance n'est pas facile, ça c'est sûr, et je comprends bien tes soucis. Je suis contente que toi au moins tu ailles un peu mieux :) Peut-être que tu pourrais prendre des cours de chant et te découvrir un nouveau hobby ;)

Anonyme a dit…

Alors tu es toujours à l’agence, je comprends tes hésitations. Le retraite, il faut vraiment être prête.
C’est vrai que tes parents ont choisi d’habiter à Paris, et qu’ils sont contents d’y être. Ta sœur exagère, chacun sa vie, chacun son lieu de vie et ses obligations.

Moi non plus, je ne regarde plus les émissions de télé qui me portent sur le moral. Comment prendre de la distance sinon ?

Mastodon a l’air bien compliqué à utiliser, je reste sur T. et si cela devient payant j'arrêterais. Je préfère Instagram de toutes façons.

Des bises amicales Valérie,
Anita