vendredi 19 avril 2013

Tristesse

J'écoute ça et là, sans y prendre part tant je suis lasse de dire et redire toujours et encore que non, le mariage accordé aux homosexuels, ne provoquera pas la fin du monde, j'écoute et hurle intérieurement en entendant les réflexions de certains de mes collègues.

Hier au détour d'un couloir l'une disait à l'autre son dégoût de ne bientôt plus pouvoir se réjouir lorsqu'elle verrait un couple nouvellement marié sortir sur le perron de la Mairie. T'imagines les voir se rouler une pelle ! Et les deux de concert, faire une grimace,  beurckk.

Mon dieu, quel âge ont-elles, ces jeunes femmes dont les enfants tout petits n'ont pas encore d'amoureuse ou d'amoureux. Le monde s'écroulerait donc si jamais deux hommes ou deux femmes passaient devant le maire pour se dire oui et vivre au grand jour ce qui  toujours était à l'ombre ?

Je suis fatiguée, si fatiguée de voir cette jeunesse entraînée dans cette bataille homophobe, hurlant sa haine de l'autre, déguisée de rose bonbon et bleu culcul. 

Il me semble que lorsque j'avais leur âge, j'aurais chanté et dansé de ce bonheur annoncé.

12 commentaires:

Mel a dit…

C'est triste et glaçant. Je trouve assez terrible de manifester contre un droit pour d'autres (en quoi cela leur porte-t-il atteinte ?).

Aria a dit…

Et ce sont les mêmes qui se disent pas homophobes... à partir du moment où les homo restent planqués et honteux. Qui devrait avoir honte, celui qui aime ou celui qui rejette ? Treize ans que je suis en couple avec mon amie, devrais-je en être honteuse ? Voilà des mois qu'on s'en prend ouvertement plein la tête sous couvert de "protection de la famille et des enfants"... Pfff... Vivement que cette loi passe et soit appliquée. Que TOUTES les familles soient protégées. Et que l'amour reprenne un peu le devant de la scène, pour changer...

Dorémi a dit…

Pōkarekare ana, ngā wai o Waiapu
Whiti atu koe hine, marino ana e
[The waves are breaking, against the shores of Waiapu,
My heart is aching, for your return my love.]

E hine e, hoki mai ra, ka mate ahau i te aroha e.
[Oh (my beloved) girl, come back to me, I could die of love for you.]

Tuhituhi taku reta, tuku atu taku rīni
Kia kite tō iwi, raruraru ana e.
[I have written you a letter, and enclosed with it my ring,
So your people could see it how much I'm troubled for you.]

E hine e, hoki mai ra, ka mate ahau i te aroha e.
[Oh (my beloved) girl, come back to me, I could die of love for you.]

Whatiwhati taku pene, kua pau aku pepa
Ko taku aroha, mau tonu ana e.
[My poor pen is broken, my paper is spent,
But my love for you endures, and remains forever more.]

E hine e, hoki mai ra, ka mate ahau i te aroha e.
[Oh (my beloved) girl, come back to me, I could die of love for you.]

E kore te aroha, e maroke i te rā
Mākūkū tonu i aku roimata e.
[The sun's hot sheen, won't scorch my love,
Being kept evergreen, by the falling of my tears.]

E hine e, hoki mai ra, ka mate ahau i te aroha e.
[Oh (my beloved) girl, come back to me, I could die of love for you.]

C'est ce qui a été chanté, mercredi, au Parlement néo-zélandais…

dieudeschats a dit…

Tout cela fait très "cours d'école"... je me demande si les convictions affichées par ces personnes sont vraiment personnelles et bien ancrées, ou bien si c'est juste un bourrage de crâne (qui aurait donc pu être différent selon l'ambiance et les relais médiatiques) ?
Au fait, je voulais te souhaiter un très heureux anniversaire Valérie, avec un retard énorme certes mais j'ai une excuse m'dame, j'étais partie à la recherche du soleil perdu (et tu as vu, j'ai réussi à le trouver et le sortir de sa tanière ! :)

Lce a dit…

comme toi je suis lasse, incroyablement stupéfaite... et dans mon entourage, je ne te dis même pas : j'ai l'impression qu'ils sont tous "teubés" ... comment peut on être si intolérants et se donner le droit de jauger la vie, l'amour des autres... c'est dingue

laurence a dit…

Déplorable de voir cette intolérance, je suis écoeurée et surtout triste de voir tant de violence et de haine, comment peut on être aussi intolérant face à l'amour de deux êtres humains ? comment peut on ainsi s'opposer à leur mariage, de quel droit se mêler de leur vie tout simplement ! laissons les vivre leur amour en paix et se marier, Mince ! et que cette loi soit votée.

Pascale a dit…

Et moi je plains leurs enfants (tous ceux qui se sont retrouvés aux manifs avec leurs parents... et les autres), cela serait bien étonnant que tous soient classiquement hétéros dans 10, 15, 20 ans... Ils se retrouveront comment? Orphelins de parents vivants??

Anne a dit…

Rassure toi les enfants sont moins cons: Suzanne me dit: A l'école y'a des amoureux! Moi et Hans (Gilles a tourné le nez!) et Hugo et Tom!
Na!!!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Mel ils ont peur, mais de quoi ?

Aria,hier ils défilaient main dans la main, FN, UMP, groupe identitaire... La haine en marche.

Dorémi, j'ai vu un court extrait de leur chant joyeux...

DDC, les relais médiatiques y sont pour beaucoup pour cet engouement soit disant protecteur d'une société en péril.

Lce, plus cela se prolonge, et plus cela fait peur. Ils semblent chercher leur martyr.

laurence, ils en ont rien à foutre de l'amour, rien du tout !

Pascale, ils sont si sûrs de leur "pureté" :D

Anne, je pense même que les petits que l'on traîne dans ces manifestations, ne comprennent pas du tout le fond des revendications, et trouvent absolument normal d'aimer une fille ou un garçon sans distinction de sexe. Et Suzanne est dans une famille qui parle et qui est évoluée, qui rencontre plein de personnes différentes, qui sait accepter l'autre.

Marie-Madeleine a dit…

Je déteste cette haine étalée devant les enfants, exploitée par les médias alors que l'amour devrait être fêté

Anonyme a dit…

Merci Valérie pour ce billet, cette haine me fait si mal. Mon amie et moi vivons ensemble depuis bientôt 21 ans.Nous avons acheté un petit appartement, payons nos impôts et je crois ne causons de tort à personne. Jusqu'ici, j'avais même l'impression que nos voisins, nos collègues nous acceptaient plutôt bien, aujourd'hui, je ne sais plus!cette situation est terrible et me blesse profondément. Bizz

Valérie de Haute Savoie a dit…

Marie Madeleine, je pense à ces enfants dont certains se découvriront homosexuels et auront eu ancré dans leur enfance, la haine de ce qu'ils sont.

Anonyme je pense beaucoup à ceux qui subissent cette haine qui salit ce qu'ils sont et l'amour qu'ils vivent.