mardi 27 avril 2010

Ah non !

Un dernier regard sur le pare-choc pour constater l'étendu des dégâts, déjà résignée à rogner sur le budget pour une réparation certainement inutile mais obligatoire, j'appuie sur la télécommande, le petit bruit sec du verrouillage, journée finie, demain est un autre jour. Je sais qui est le malotru qui à rayé le blanc parfait de la petite Jazz que l'on m'a prêtée le temps de cette révision obligatoire, mais je ne peux rien faire, juste me féliciter d'avoir insisté ce matin pour faire basculer mon assurance sur cette voiture. La leur ayant une franchise de mille cinq cent euros, j'aurais dit adieu à ma prime à l'intéressement. Allons allons Valérie, plaie d'argent n'est pas mortelle, le soleil brille, les oiseaux chantent, cloches carillonnez gaiement, et d'un bon pas je file à la maison.

Première porte, vérifier la boite aux lettres, deuxième porte, pied sur l'escalier "Juste ciel, Chamade !" Une demi-seconde de stupéfaction... bien noir effectivement, mais trop petit bien trop petit pour que ce soit elle.
Apeuré, collé contre la troisième marche, un tout petit chat noir me fixe de ses yeux jaunes.
Je fais quoi là !
Lentement je me penche, tends la main, il la sent longuement, toujours tapi, tremblotant, j'avance un peu, gratouille sa tête, m'enhardis, pose mon sac à main, caresse franchement, et lui, rampe vers cette main qui le rassure. ZUT de ZUT me voilà bien.

On reste un petit moment à se sentir, se papouiller, se regarder. C'est impossible que je fasse subir à Chamade un nouvel intrus de la sorte. Comment est-il arrivé là ?
Maintenant je l'ai dans les bras, il ronronne comme un moteur, agrippé à ma poitrine, enfouissant sa tête dans mon cou. Devant notre porte, je sonne, G. m'ouvre, voit le chaton, s'exclame goguenard "Ah je savais bien que tu craquerais ! Quand on l'a vu tout à l'heure avec Papa, on s'est dit que tu ne pourrais t'empêcher de t'en occuper".
Ensemble on réfléchi à meilleure solution, il récupère mon sac à main, je vais aller sonner aux portes.
Etage après étage, je sonne, les portes s'ouvrent, les visages s'attendrissent, les mains caressent, mais non, ce n'est pas à nous, désolés, bonne chance.
En descendant je croise JP, les bras chargés de pain, que faire ? Assis sur les marches nous délibérons. Impossible de le ramener chez nous.
La mort dans l'âme, nous décidons de le laisser sur le palier, il n'ira pas bien loin.
G. vient aux nouvelles, ce chat grassouillet ne doit pas être depuis bien longtemps dehors, rien à voir avec Moïse, et malgré l'échec de tout à l'heure, il est possible qu'il soit à quelqu'un de la maison, certaines portes sont restées fermées.
Vite je griffonne un mot sur trois bouts de papier, "un chaton noir se promène dans les escaliers", je vais les coller dans l'entrée et dans l'ascenseur. J'ouvre la porte, pffuittt il est entré, guilleret, ravi de l'aubaine. "C'est la maison du bonheur" rigole JP, et nous voilà à quatre pattes, tentant de l'attraper, Chamade aussitôt isolée dans une chambre. Le bougre n'a aucune envie de retrouver le palier, il sort ses griffes, crachouille, il nous faut un moment pour le capturer.
Les petits papiers collés, assise sur le canapé, et l'autre qui gratte gratte contre la porte, miaulant son désespoir d'être seul alors qu'il serait si bien chez nous.
JP râle, "Je ne vais encore pas dormir cette nuit" et les minutes longues longues passent, le chat miaulant grattant et Chamade postée devant la porte, attentive, la tête légèrement penchée.
De temps en temps on jette un oeil par le judas, surtout ne pas le nourrir, il faut qu'il miaule pour alerter ses probables maîtres qui n'ont pas dû s'apercevoir de son absence, mais le temps passe, lentement, et l'autre s'égosille de plus en plus fort derrière notre porte. Je suis incapable de faire autre chose que d'attendre, envisage d'appeler, si cela s'éternise, l'école du chat. Le temps passe, passe, passe...

Cela fait maintenant deux heures qu'il est là, grattant opiniâtrement la porte, Chamade résolument plantée là, vigie attentive, gardant son territoire. Et soudain, l'on entend des cris, une sorte de dégringolade affolée d'escalier, des exclamations joyeuses.
La jeune femme heureuse, serrant dans ses bras le chaton perdu, me dit qu'effectivement elle ne savait pas son chaton perdu, et que c'est le mot qui l'a averti.

Ouf ! Chamade peut reprendre sa sieste, JP prévoir une nuit tranquille, et moi enfin profiter de ma soirée !

19 commentaires:

Olivier Autissier a dit…

Comment peut-on ne pas savoir son chaton perdu ?
Quand j'ai eu mon premier, il y a ....fiuuuu, il était devenu de suite l'objet de toutes nos attentions.

Tili_TousAutourDuMonde a dit…

Ouf :-)

Valérie de Haute Savoie a dit…

Olivier, un chat peut se cacher longtemps avant que l'on ne le retrouve, j'en sais quelque chose.

Tili oh oui !

Anne a dit…

T'es une sorte d'aimant à chaton en détresse, donc ?!

Floh a dit…

Ouf, ouf, oufffff!!
Non parce que franchement, je ne sais pas comment tu as fait pour le laisser dehors, tant j'aurais craqué moi! Malgré mon fauve pas forcément sociable ;)
Heureuse de cette fin heureuse :)

Madeleine a dit…

Tsss Tsss ! tu aurais pu le laisser dehors toute la nuit si personne n'était venu le récupérer ?! Je ne le crois pas du tout :))

Lili a dit…

Décidement tu les attire !!

Dr. CaSo a dit…

Rah la la, Chamade a dû avoir bien peur dis-donc :) Faudrait peut-être l'habituer à ces chatons perdus parce que visiblement, ils savent qui ils arriveront à faire craquer ;)

Jipes a dit…

Tout est bien qui finit bien !

Fabulous Fabs a dit…

Coudon... Il y a que des chats noirs dans ton coin?

Beo a dit…

Fiou! Une finale réjouissante pour tous!

Mais ce que j'aurais craqué aussi: il est absolument adorable sur la photo!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Anne, et Lili j'en ai peur !

Floh, Madeleine a raison lorsqu'elle dit que je n'aurais pas tenu longtemps, c'est bien pour cela que l'oreille aux aguets, je ne pouvais rien faire d'autre.

Dr CaSo surtout pas, c'est notre garde fou

Jipes, oui heureusement et bien plus rapidement qu'avec Moïse

Fabulous Fabs, c'est la réflexion que je me suis faite :D


Béo, et en plus très sociable comme le précédent !

La petite poule noire a dit…

Tu ne veux pas de ma Savannah ? Elle est noire et très belle. Ma fille part 4 mois en stage et à distance j'ai du mal à la caser (la chatte pas la fille). Alors à vot' bon cœur ?

Valérie de Haute Savoie a dit…

Quatre mois à se faire cracher dessus ? Mais Ppn tu veux qu'elle soit traumatisée à vie :)

dieudeschats a dit…

Tu dis savoir qui a rayé la voiture, c'est un acte de malveillance d'une connaissance ?!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Non non DDC uniquement une mauvaise façon de se garer, je le connais, je l'ai vu faire et surtout ;) il s'est garé juste après moi et ensuite pouf la rayure était là :D

Lancelot a dit…

Moi, ce qui m'étonne, c'est que tu n'aies pas pensé à aller le proposer à.... GERARD !!!!!

Ah non il me semble que tu m'avais dit qu'il avait déménagé entretemps....?

Remarque, ça n'empêche pas... tu aurais pu penser à lui et te déplacer jusqu'à sa nouvelle adresse, le chaton dans les bras... Quant on aime, hein.... :)

Valérie de Haute Savoie a dit…

Lancelot, mais Gérard habite toujours là et c'est en partie parce que je craignais de tomber sur lui que je n'ai pas poursuivi longtemps mes investigations :D

prix achat monte escalier a dit…

Salut mes amis très joli article sur le monte escalier électrique éxterieur de la maison,moi aussi j'aimerai avoir un :)