lundi 19 avril 2010

des bienfaits du sport...

J"avais hésité en sortant du bureau. Peut être, m'étais-je dit, sera t-il déjà fermé, et puis ce n'est après tout qu'une formalité... j'ai toujours, une fois la journée terminée, le désir de rentrer directement à la maison, claquer la porte, allumer l'ordinateur. Une brusque chute d'énergie, vidée... allons Valérie, un tout petit détour.
Il y avait une place libre juste devant le laboratoire, personne au guichet, un calme absolu, début de week end. Elle m'avait tendue l'enveloppe, j'étais ressortie dans le soleil, tout en marchant l'avait décachetée, sorti les deux feuilles de résultats et très vaguement, avais survolé les chiffres recto ET verso. Certains en gras attiraient un peu le regard, mais je n'y prêtais pas vraiment attention, il y avait depuis toujours une des valeurs plus ou moins légèrement élevée.
Et puis, toujours assise derrière le volant, la clef de contact à la main, ce 88 m'avait péter au visage. C'était la première fois depuis des années que les transaminases dépassaient de beaucoup la norme autorisée. 88... comment dire.... c'était tout simplement énorme, si énorme que je ne savais si je devais y croire. Et puis, il était tout seul à s'affoler, les autres restaient tranquillement dans l'échelle autorisée. SGPT et gamma GT tout à fait sages, il y avait bien la bilirubine conjuguée qui était légèrement au dessus, mais par rapport aux derniers examens, plutôt en baisse. 88 ! Je reprenais le volant, légèrement abasourdie.
Fais gaffe, me disais-je, sois attentive, c'est un coup à avoir un accrochage, j'étais plongée une fois de plus dans mon aquarium.

Personne à la maison, JP sans doute devait chercher G. qui rentrait de chez son amoureuse. Rapide recherche sur internet, vite avant qu'ils ne reviennent... bien sûr il fallait faire le tri, entre les divers forum de discussions, les pages vaguement médicales, celles qui étaient si ardues qu'il faudrait des heures pour les comprendre... rien de bien évident, le cœur et les muscles étaient en première ligne, j'écrivais un mail à Catherine, croisant les doigts pour qu'elle le lise encore ce week end.

Et puis JP et G. étaient revenus, j'avais attendu une bonne heure avant de lui dire ces valeurs élevées, calmement il était lui aussi allé regarder sur internet. J'aimais sa façon si mature d'enregistrer la nouvelle, son regard scrutant le mien pour y lire l'éventuelle angoisse. Je finissais de préparer le repas, il était revenu assez vite de sa chambre, pour lui c'était les muscles sans doute, sans aucun doute même.

Et le soir, Catherine parlait aussi d'une éventuelle fatigue musculaire. Mais oui bien sûr, la veille il était revenu d'un entrainement intensif de je ne sais plus quel nouveau sport qu'il découvrait. Il s'était même fait la réflexion que tous ses muscles semblaient vibrer d'épuisement.

Dans trois ou quatre semaines nous retournerons pour vérifier les transaminases et cette fois-ci dit-il, je ne ferai rien la veille, rien de rien, muscles au repos !

Faites du sport qu'ils disaient !

16 commentaires:

Floh a dit…

Ouais, un bien pour un mal...ou pas.
Bravo pour la gestion du stress, vraiment j'admire!

Hermione a dit…

Je pense que chacun de tes cheveux blancs s'appelle JP, non ?

Valérie de Haute Savoie a dit…

Floh, je crois surtout que petit à petit on sait qu'il faut prendre du recul.
Hermione, là il s'agit plus de G. mais c'est vrai que JP m'en a aussi donné quelqu'uns :D

Dr. CaSo a dit…

:( Bises et croiseage de doigts et de griffes.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ah les coquines qui croisent les griffes me donnent une pêche d'enfer :) Merci à toi et tes deux panthères !

hermione a dit…

Ben oui je suis nouille, j'avais bien compris mais j'ai mélangé les prénoms...

Mel a dit…

Je ne commente pas souvent ces billets parce qu'ils me plongent aussitôt dans l'angoisse et que je me mets à ta place (je n'essaye même pas de me mettre à la place de G.). Et je me sens maladroite car incapable d'exprimer réellement ce que je voudrais te dire.

Pablo a dit…

L'entraîneur des coureurs de fond de mon club d'athlétisme dit souvent ceci : si on nous faisait des analyses juste en finissant un marathon, le verdict serait concluant :

« Monsieur (Madame), les résultats des analyses sont formels, vous êtes mort(e) ».

Pablo a dit…

Tiens, maintenant je réalise... G. a une amoureuse ? Mais ce sont plutôt de bonnes nouvelles ! :-)

Fauvette a dit…

Mais oui, elles sont à refaire ces analyses, tu verras la prochaine fois, cela sera ok !

Bises Valérie.

Anne a dit…

Han la vache ! De quoi dissuader complètement de la pratique sportive !!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Pablo tu as tout dit :)

A tous merci, G. a déjà oublié, tranquillisé par son médecin, et j'avoue que je suis assez cool là dessus aussi, comme quoi, le recul et l'habitude sont plutôt positifs !

Jipes a dit…

Ah pas simple d'etre cool et détaché devant le sort de ses enfants: Heureusement tout va bien !

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oui Jipes, nous ne sommes plus jamais serein une fois qu'ils sont pondus :D

Lancelot a dit…

En te lisant je me dis que ça devait être encore plus angopissant quand G était petit, non ?
Son "amoureuse", il va falloir lui apprendre à lire et décoder les résultats elle aussi ! Peut-être un jour prendra-t-elle le tour !
Ce serait idiot de te dire : "allez, ne t'en fais pas" alors je me contente de t'embrasser affectueusement.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Déjà quand G. était petit, il était plus près de la greffe donc plus fragile, mais tout de même je crois que je ne serais jamais sereine pour son avenir, on m'a tellement rebattu les oreilles en me disant que la greffe était toujours toujours en instance de rejet que chaque mauvais résultats me fait trembler.