samedi 27 mars 2010

27

Des publicités elle en faisait des tableaux dans lesquels je me perdais des heures.

Minutieusement, elle prélevait avec ses ciseaux, un élément de la page. Souvent il semblait tellement insignifiant que nous ne comprenions pas le pourquoi de ce choix. Penchée sur sa feuille, elle tenait délicatement son si petit bout découpé, et patiemment cherchait l'endroit exact où il serait collé. Une fleur, un cahier, une commode... tout devenait évident dès l'instant où elle l'avait placé. Ses collages me fascinaient.

Rien ne nous plaisait plus que d'y participer. Elle feuilletait longuement, cherchant dans les pages colorées ce que nous pourrions découper sans trop de difficulté. Il fallait être précis dans nos gestes et nous mettions toute notre attention pour suivre exactement les contours de l'objet désigné. Mais quel plaisir une fois celui-ci retiré de sa gangue plate, de voir maman s'en saisir et rechercher où il terminerait sa vie.

Parfois elle restait des heures, assise, découpant sans un mot, accompagnée par Mozart ou Bartok. Mais elle pouvait aussi, alors qu'elle s'était arrêtée un instant devant le tableau inachevé, décoller délicatement un objet, chercher en le faisant survoler au ras de ses congénères l'endroit où réellement il deviendrait indispensable pour l'équilibre final, et repartir aussi vite pour laver une salade, ou ranger le linge juste repassé.

Un jour elle le décidait terminé. Alors, l'un après l'autre venions nous extasier, très fiers d'avoir, même infimement, participé a cette œuvre.

Du plus loin que je me souvienne, je l'ai toujours vue créer.

5 commentaires:

Pablo*NSN a dit…

Des oeuvres d'art, sans doute ; ces petites oeuvres d'art sans prétentions reservées aux proches, ce public chanceux. Une artiste, sans doute : qu'heureusement tu savais apprécier. Mais que sont devenus ces collages de ton enfance, ont-ils eu une vie éphémère ou ta mère les a gardés dans un dossier qui dort au fond d'une malle ?

bricol-girl a dit…

Pas de photo d'une de ces oeuvre, c'est dommage!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Pablo, plus tard elle s'est mise à la création de papier de reliure et à maintenant un peu partout une partie de son œuvre (au Vatican ;) à la BU de Paris, au Japon ou aux USA...) Ses collages sont toujours encadrés et posés sur différents murs et j'ai chez moi une huile qu'elle a appelé "mes nymphéas" que j'aime beaucoup. Il faut dire qu'entre mon grand père, ma mère et toutes les œuvres que mes parents se sont offerts au fur et à mesure de leurs coups de cœur, nous avons de quoi remplir plusieurs mètres carrés de murs :D

Bricol-girl, il faudrait à Pâques que je le prenne en photo :)

Erin a dit…

Du papier reliure ? Super ! J'adore !

Tu n'aurais pas un bout qui traine ? On peut en acheter quelque part ? ça m'intéresse.

Ma mère, elle, tricotait beaucoup. Ce sont les seules œuvres qu'elle ait faites. J'en garde quelques uns précieusement, même si ils sont trop petits...

Pablo*NSN a dit…

Ta famille (tout comme toi) toujours aussi surprenante !