lundi 9 novembre 2009

être français...

Française je suis, c'est vrai !

Pour autant, ai-je envie de débattre de cette identité si chère au pet huileux ?

Pas vraiment. Il y a dans ce débat voulu par celui qui représente sans doute le moins bien les valeurs qui font justement l'identité française, un vieux relent qui ne sent pas très bon. Et pourtant, dieu sait combien j'aime cette France.
Je sais aussi le pourquoi de ce débat, qui bien évidemment n'en sera pas un puisqu'il a déjà été décidé en haut lieu ce qui doit en surgir, je sais aussi qu'il sera effacé aussi vite que toutes les bonnes idées du petit agité, par une autre idée de génie toute aussi foireuse.

Malgré tout, je ne peux m'empêcher d'y réfléchir. Qu'est ce pour moi d'être française ? Et j'avoue que je patauge lamentablement.
Une seule image me vient, celle de mon grand père, fou amoureux de cette France dont il avait été éloigné par la guerre, faisant de l'Alsace un petit bout d'Allemagne, et de De Gaulle un Dieu merveilleux qui allait lui rendre son identité un temps souillée. Je suis née douze ans après la libération, dans une région qui avait depuis longtemps effacé les traces de la guerre. Mais il y avait pour mon grand père une telle fierté joyeuse à être à nouveau français, qu'il me semble qu'est ancré à jamais cette identité de la terre.



A lire aussi, Otir, de son lointain exil...
Comme toujours Eolas...

9 commentaires:

Catherine a dit…

Voilà bien un enfumage pour éviter des sujets plus graves. Par exemple : http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/11/04/Ma-contribution-au-d%C3%A9bat-sur-l-identit%C3%A9-nationale mais il y en a bien d'autres. Et puis c'est encore un moyen de monter les habitants de notre beau pays les uns contre les autres. Égalité, Fraternité, où êtes vous ?

Jipes a dit…

Quand je vois les membres du gouvernement se pavaner dasn les médias j'en viens à me demander si nous sommes vraiment du même pays !

meerkat a dit…

Je me sens française parce que j'ai des origines très mélangées et que je tiens profondément à ce que la France reste la terre d'accueil qu'elle a été, là où mes grands-parents ont pu s'installer, le pays qui s'est fait grâce et avec les migrants, que je crois en "Liberté, Egalité, Fraternité" .

Evidemment, ce n'était déjà pas très facile, mais on va dire que depuis deux ans et demi je ne me sens pas du tout du tout française, et mon identité nationale je m'assois dessus. Je suis de partout, de n'importe où.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ah oui Catherine, j'avais vu ce dessin :)

Jipes, c'est comme le dit Meerkat à être dégouté d'être français.
J'aime la France, ses paysages, sa bouffe, mais je n'aime pas ce qu'en font les copains du minus.

Dr. CaSo a dit…

Je n'ai pas du tout suivi ce débat, mais vu de loin, comme ça, il me semble dangereux. J'ai trop longtemps vécu aux Etats Unis où le sentiment national est extrêment fort et utilisé pour faire faire n'importe quoi au peuple. God save America, achetez américain, qui n'est pas avec nous est contre nous, etc. etc. etc. Ca me fiche la trouille ces histoires, en France!

Ah, et le seul élément "français" que je possède au fond de moi, c'est mon caractère de cochon, donc bon, j'ai peut-être un passeport français et de la famile en France mais pas grand'chose d'autre qui me fasse me sentir française.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Dr CaSo, ici, cela n'est pas du tout ressenti de façon positive. Il semble que nombre de français sentent d'instinct tout ce qui peut en découler de malsain. Non pas que l'on ne reconnaisse pas la chance d'être nés dans un pays en paix et ayant vocation d'accueillir. Mais ce que fait ce gouvernement va tellement à l'encontre des idéaux, que répondre à leur question risque de nous entraîner vers des rives dangereuses.

julio a dit…

La France est une nation avec une grande philosophie, mais les Français ne sont pas tousses des philosophes !
L’homo sapiens et le même sur toute la terre, il porte en luis les ténèbres, et la lumière ; aimées les siens pour aimées les autres !
Bien sur aimée ne veut pas dire être aveugle est accepté l’injustice ; non l’injustice il faut la combattre toujours sens relâche chez soi et chez les autres!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Mais vois-tu Julio, justement je ne suis pas du tout sûre que Besson a envie d'entendre cela. Loin de lui la philosophie, l'amour et la justice. Il me semble que ce sont bien plus des références pétainistes qu'il attend de trouver sur son site de "débat".

FD a dit…

J'ai tergiversé, j'ai eu du mal à répondre tant la question me semblait sans raison d'être, ou alors une raison que je trouvais malodorante. Et puis, triste événement qui (re)met les bons mots là dessus, le décès de Claude Levi-Strauss et la mise en lumière de ses paroles sur le sujet. L'ethnologue devant les dientités nationales : http://www.aidh.org/txtref/2005/soc-strauss.htm