mercredi 23 janvier 2008

écrire

Feuilles de lierre givrées et trafiquées avec photoshop.
Le matin je me consacre à ma recherche d'emploi, consulter les annonces, sélectionner puis envoyer les candidatures. Le plus pénible dans tout cela est d'élaborer une lettre de motivation, d'autant plus lorsque c'est une offre anonyme. Il est de bon ton de porter aux nues celui qui passe l'annonce, mais comment encenser une entreprise dont on ne connait que le secteur et le lieu. Je crois bien qu'il va falloir passer à la vitesse supérieure et aller tâter du terrain. Je suis une très mauvaise commerciale et me vendre est pour moi épuisant.
Heureusement j'ai commencé à lire le livre que Par ci par là m'avait donné envie de lire et que j'avais aussitôt commandé sur Amazone. Mon édition bien plus ancienne et annotée parfois à la main, me plaît bien. Cela remet en route certaines réflexions un peu tombées dans l'oubli depuis quelques mois... perte de confiance, angoisse... je réveille mes neurones, cela me fait du bien et lentement retrouve le chemin de mon ego affaibli par mes déboires professionnels. Je suis si peu sûre de moi qu'il me suffit de très peu de temps d'inactivité pour perdre toute confiance dans mes capacités. Un peu comme, après une longue période de célibat l'on se demande si l'on retrouvera le chemin de l'amour. Comment alors être persuasive et donner envie d'au moins me rencontrer et qui sait m'embaucher.
Je laisse très souvent des commentaires sur les blogs, je "submit" et parfois regrette aussitôt mais trop tard. Hier par exemple chez Lawrence et il y a quelques jours chez Veuve Tarquine. Je m'en mords les doigts mais impossible de revenir effacer ma connerie. Difficile aussi de revenir expliquer en long et en large ma maladresse, je ne suis pas chez moi et je préfère souvent me faire toute petite pour que l'on oublie rapidement ma bêtise. C'est aussi parce que j'ai trop tendance à m'étaler que j'ai sauté le pas et j'ai ouvert mon blog. Pour pouvoir ainsi rebondir sur certains billets sans envahir la sphère du blogueur concerné. Confusément je réalise que je n'ai pas toute les règles en mains. Les fameux trackballs sont pour moi des mystères, faut-il, lorsque l'on rebondit sur un billet, en faire un et si oui comment ?
Nous avons tous notre vocabulaire propre, certains mots chez nous anodins sont chez d'autres perçus comme agressifs, négatifs. L'écriture dépourvue de son, brute, est quelquefois mal reçue et provoque des réactions de rejets qu'un sourire, un geste de la main, effacerait aussitôt. C'est une bonne école pourtant, affiner ses mots jusqu'à ce qu'ils revêtent le ton d'une conversation.
Je ne suis toujours pas allée chez le coiffeur...
edit : Grâce à Pablo je sais maintenant ce qu'est un trackback en même temps... pas sûre de savoir quoi en faire :)

15 commentaires:

Leeloolene a dit…

En tout cas ce que tu transmets par tes mots chez toi est quelque chose de très beau !

Je n'ai pas lu les deux commentaires en question... mais je crois qu'il faut "vivre" les commentaires comme étant un ressenti immédiat à la lecture de mots de quelqu'un d'autre, une réaction à coeur ouvert... Les mots plus réfléchis prennent forme justement dans des billets chez soit, ou des mails privés... Enfin, je crois !!

Tu vas me faire peur sinon et je n'oserai plus laisser de commentaires de peur de mal faire :)

Et avec ce commentaire, peut être écrit trop vite, ou pas réfléchi, j'ai envie de t'envoyer une caisse de bonnes ondes pour te donner du courage !

Valérie de Haute Savoie a dit…

Non aucune crainte ici Leeloolène, il n'y a que moi qui parfois réponds un peu brusquement sans penser à mal et qui à la lecture de ceux à qui j'ai répondu et qui ont cru mal faire comprends que je me suis mal exprimée.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Et puis merci vraiment pour ta caisse de bonnes ondes :) que j'accepte avec empressement

Beo a dit…

Je crois bien que ces épisodes nous arrivent à tous.

C'est vrai que suite à la lecture on se précipite pour commenter, à chaud.

C'est pas toujours bien perçu, et pas toujours par le ou la propriétaire du blog: je le sais par expérience.

Allez; bon courage!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Béo c'était le cas ;) et par deux fois !

chicorée a dit…

Moi en tout cas j'apprécie tes commentaires chaleureux et encourageants tu peux me croire !!
je te souhaite tout le courage et la chance possible pour ta recherche en ce moment d'une activité qui te mérites à bient ôt chicorée

Dr. CaSo a dit…

Autant j''apprécie les commentaires sur mon blog (les tiens en particulier), autant j'ai peur d'en laisser ailleurs, exactement pour cette raison: c'est difficile de transmettre exactement ce qu'on veut dire et on peut toujours être mal compris par les auteurs des blogs ou d'autres commentateurs. Pas évident comme situation...

Je me suis fait rabrouer une fois par Veuve Tarquine et ça m'a bien servi de lesson. Sur mon propre ex-blog, 2 ou 3 fois, il y a eu des echanges difficiles et ça m'a à chaque fois donné envie de fermer mon blog (ce que j'ai fini par faire, en partie à cause de ça).

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ah moi la première fois c'était chez Samantdi*, et j'avoue qu'il m'a fallu quelques temps pour oser laisser à nouveau un commentaire sur des blogs. Sur certains d'ailleurs je n'en laisse pas, trop de polémique, aucune envie d'être emportée par elles. Lorsque ce que je dis a mal été interprété, je suis déstabilisée.(j'essaye d'ailleurs de comprendre ce qui fait que cela me touche tant)

*nous avions par mail réglé ce différent

Jipes a dit…

Il y a une différence de ton inhérente à l'écrit car malgré les smileys divers et variés rien ne remplace le ton de la voix qui prononce une phrase alors après etre mal inter prété ca peut aller très vite mais à mon avis ce n'est pas une raison pour s'auto censurer ! après tout il y a déjà assez de langue de bois et de politiquement correct un peu partout moi je commente et tant pis si je me plante je ne suis qu'un humain après tout N'est ce pas notre cas à tous faillible nous sommes et nous resterons et c'est ce qui fait la richesse de l'humanité aussi !

Valérie de Haute Savoie a dit…

D'accord avec toi Jipes, continuer à réagir, mais affiner son verbe pour être au plus juste avec ce que l'on pense. Ce n'est pas adhérer au discours coute que coute, mais être compréhensible en quelques mots. De toute façon je suis extrêmement extravertie, absolument pas une taiseuse, donc il m'est difficile de ne pas laisser de commentaires.

Pablo a dit…

Je ne sais pas tes lettres de recherche d'emploi, mais j'aime beaucoup la façon où tu écris sur ton blog. Parfois je retrouve tes commentaires chez d'autres et ils me semblent pertinents ; ceux que tu a laissés chez moi sont toujours d'une gentillesse extrême (je te remercie particulièrement pour celui d'hier !).

Personnellement, j'essaye de ne pas laisser de commentaire lorsque je ne suis pas d'accord avec ce que je lis ou que mes avis pourraient mener à des controverses, mais c'est vrai que malgré les précautions, il peut y avoir tout de même des malentendus, c'est très gênant... Mais l'inverse n'est pas vraie, je me tais souvent lorsque je ne sais pas trop quoi dire... Quoique, des fois, il y a des occasions où mon manque d'inspiration (et pourtant mon envie de dire des trucs) me mènent à écrire des bêtises formidables !

Sinon, des fois j'aime mieux écrire chez les autres que sur mon propre blog, il y en a qui m'inspirent plus, ou bien où je me sens plus à l'aise, ou moins exposé que chez moi. En fait, ce matin il m'est arrivé (dans la rue) un truc tellement dingue que j'ai fermé provisoirement mon blog "pour des travaux de maintenance". [De toute façon, je ne suis pas très content avec la plate-forme que j'utilise pour bloguer : pour commencer, je ne sais pas comment ils font, mais tout ce que j'écris est tellement bien référencé sur Google que, à mon plus grand étonnement, certains termes de recherche –parfois impensables– donnent mon blog parmi les premiers résultats... Et pourtant, je n'ai aucun intérêt à avoir beaucoup de visiteurs –mais ma plate-forme peut-être si à cause de la pub qu'ils me mettent dessus... Le pire, c'est que la mémoire cache de Google stocke tout].

Si j'ai le temps, j'irai raconter (peut-être) l'incident de ce matin chez Otir, elle avait écrit il y a quelques jours un billet qui se prête bien, "Condamnation de l'Homme à perpétuité". Raconter ou plutôt "squatter", comme je viens de faire ici (je te prie de m'en excuser, Valérie !), puisque je suis redevenu un SBF (sans blog-micile fixe).

Valérie de Haute Savoie a dit…

Pablo, il m'arrive aussi parfois de dire sur d'autres blogs en commentaires certaines choses que je ne dirais peut être pas ici. Je m'y sens plus anonyme peut être.
Pour ce qui est de la plateforme, celle-ci pour l'instant me convient (bon parfois elle fait un peu des siennes mais c'est très rare, et la possibilité de ne pas avoir de pub est pour moi primordiale)
Je ne vois pas du tout quel problème a pu t'obliger à mettre ton blog inaccessible, mais j'espère que cela n'a pas de conséquence sur ta vie.

Pablo a dit…

T'en fais pas, ce n'est rien de grave : plutôt très banal, même !!

Le problème avec les "trackbacks" ou "rétroliens"(je viens de voir que les "trackballs" c'est autre chose MortDeRire !! ;-) ), c'est que beaucoup de blogs refusent la possibilité d'en faire, parce que c'est une porte d'entrée pour le spam. En tout cas, la seule fois où j'ai essayé d'en faire un, je n'ai pas pu/su !!

Je suis allé che le coiffeur avant-hier, ça fait du bien sur la confiance en soi...!

Fauvette a dit…

Je ne suis pas fortiche en recherche d'emploi, mais lorsque je reçois des cv qui me vante les qualités de l'entreprise, et gnagna... cela m'énerve. C'est la chose à ne pas faire. Sois simple, tu cherches un emploi, tu offres tes compétences, mais inutile de fayoter ! Enfin, j'espère que je ne te heurte pas !
Je suis heureuse que ton blog existe, je te croisais chez Samantdi, je m'en souviens.
Maintenant j'ai le plaisir de te connaître, de te lire...
Moi aussi, parfois je regrette mes com. sur les blogs, parce que j'ai commenté trop rapidement, que les mots sont mal choisis, et aussi parce que j'ai l'impression de trop parler de moi.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Fauvette tu ne me heurtes pas, je suis de ton avis c'est bien pour cela que j'ai un mal fou à écrire ces foutues lettres de motivation. Tu me donnes envie de faire comme bon me semble...
- pour les com. c'est en fait cela, tu mets le doigts dessus, trop parler de moi ;)
Chez Samantdi j'étais ce jour là totalement à côté de la plaque, depuis j'essaye de faire gaffe, c'est un de mes blogs chéris :D