jeudi 8 novembre 2007

les petites filles

Vers trois ans, les petites filles découvrent le pouvoir qu'elles ont sur leur père. Elles lèvent leurs yeux noisettes, bleus, verts ou corbeaux, esquissent un sourire et emmènent où bon leur semble celui qui vient de perdre tous ses moyens. Pour les pères c'est une découverte merveilleuse cet amour sans pudeur, sans reproche. Et même si plus tard cette enfant les abandonne pour un autre, restera toujours ce premier sourire dans lequel ils se sont noyés tels les marins suivant une sirène.

Pourtant de plus en plus dans le monde des hommes effacent les petites filles à naître. Il suffit d'une goutte de sang posée sur un buvard, d'une échographie ou d'un prélèvement amniotique pour choisir si l'enfant aura ou non un avenir. Et si malheureusement malgré tous ces progrès technologiques, une petite fille nait tout de même, bien souvent elle sera abandonnée coûtant trop chère, ne servant à rien.

Ce que les hommes oublient, c'est que la petite fille c'est la femme de demain. Et que même si ces satanées bonnes femmes sont parfois pénibles, ce sont souvent dans leurs bras que les hommes se reposent et se calment.

Leur restera la guerre...

A lire : Quand les femmes auront disparu - Bénédicte Manier (la Découverte)

6 commentaires:

Pablo a dit…

Je croyais que les mères étaient, dans une certaine mesure, responsables, elles aussi, de ces "effacements" (peut-être pour éviter à ces filles qui n'existeront pas leurs propres souffrances). Mais la synopse du livre que tu cites, que je viens de voir sur Amazon.fr me fait soupçonner que pas du tout. C'est terrible : "Demain, l'Asie devra gérer une population de plusieurs dizaines de millions d'hommes célibataires". Ils s'entretueront ? Ils entreprendront des guerres pour aller chercher des femmes dans des terres "lointaines" ?

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ah bien sûr qu'en écrivant "les hommes" j'incluais certaines femmes hélas. Dans certaines religions ce sont les fils uniquement qui s'occupent de la dépouille des parents, et avoir une fille est pour cela aussi terrible, parce que personne du coup de s'occuperait de leur mort.

Fauvette a dit…

Je pensais que tu allais évoquer des souvenirs de ta petie enfance... C'est ta photo non ?
Et puis, le ton du billet change très vite... Tu as raison c'est effroyable ce carnage.
Merci pour le conseil de lecture, je note.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oui Fauvette :) Je regardais mon Grand père Ernest je crois bien.

C'est effroyable et tellement con !

Fauvette a dit…

J'ai oublié de te dire que tu as une bonne "bouille" sur la photo !
Et que tu devrais l'envoyer à Traou pour son carnets de photos de blogueurs enfants, tu verras c'est en haut à gauche sur son blog les "Pestacouettes".
Bonne journée.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Voilà Fauvette ma bouille est en ligne chez Traou :)