vendredi 5 octobre 2007

Je n'ai plus l'habitude de travailler en entendant des sons humains autour de moi. Cela fait si longtemps maintenant, si longtemps !
Ah si ! Tout de même ! Je parle, je me parle beaucoup et tout le temps. Je me parle grave, aigu, lentement ou à tout allure, très fort ou tout doucement.
Au début je chuchotais, je marmonnais plutôt. Ce n'est que lorsque je m'adressais à "le chat" que j'élevais la voix et puis petit à petit j'ai pris de l'assurance. Maintenant je m'adresse aux tomates sans timidité. "Eh bien vous êtes superbes Mesdames, vous rougissez joliment, encore un petit effort allons allons" je n'attends aucune réponse, j'ai déjà bien assez à faire avec moi. Nous nous répondons, j'adore me tancer "Mais ce n'est pas possible d'être aussi gourde, fait un peu plus attention à tes gestes tu as encore renversé du café" ... "Franchement ce n'est pas si grave, c'est bien moi qui fait les lessives non ?"...
Mais c'est vrai que mon interlocuteur préféré reste quand même "le chat". Nous dialoguons, je me suis mise à parler chat c'est plus simple. Pour l'instant il est le seul dont j'ai adopté la langue, en ce qui concerne les tomates et les radis je verrais plus tard, mais "le chat" lui, a fait tant d'efforts pour m'apprendre, que j'aurais été vraiment mal élevée de ne pas profiter de ses leçons.
Je crois que je suis douée, du moins "le chat" montre un vrai plaisir a m'apostropher, il penche légèrement la tête lorsque je lui réponds. Il a l'air assez satisfait. Certaines fois pourtant, il se plante bien proprement devant moi. Tout droit, les oreilles bien dressées, la queue joliment entourée autour de ses pattes parfaitement resserrées. Il ouvre grand ses yeux et module un son sur trois notes... c'est là que j'ai conscience que je ne suis pas encore bilingue... son air désolé devant mon incompréhension me fend le coeur. Parler ciboulette ou même cageot est moins culpabilisant, ils ne me comprennent pas ? Quand bien même de toute façon, ils ne me contrediraient pas !
Depuis quelques jours cependant, il m'arrive de regretter l'avant, celui où à chaque instant je pouvais être surprise par des phrases, des mots, où il suffisait d'en attraper un pour tricoter une petite conversation bien niaiseuse mais si reposante pour l'esprit. Je vagabonde, je m'attriste un peu et puis je m'ébroue, d'un chiffon de pensés j'efface ce souvenir "Dis donc "le chat" ça ne te dirait pas de faire un petit tour dans le jardin ?

10 commentaires:

Marie-Aude a dit…

Le chat est une langue complexe, pleine de subtilités. Mais "le chat" est sûrement plein d'indulgence pour toi...

Oxygène a dit…

Virtuose en ce billet ... J'aime beaucoup.

mirza a dit…

Halala, cette accroche, elle me fait rire parce que justement je vis exactement le contraire :-)

(j'ai lu chez Oxygène aussi, merci les filles !)

meerkat a dit…

mraâou, mraâou, mraâou, mrê.
(autrement dit, tu te débrouilles drôlement bien en chat, maw ?)

Valérie de Haute Savoie a dit…

J'ai quand même encore un peu de mal avec le ronronnement roucoulement pigeonesque :)

Otir a dit…

Demandez donc à mon "orang-outang" de vous les faire ces roucoulements ronronnés et pigeonnesques, et vous verrez que c'est possible ! (mais fatiguant à la longue !)

:-)

Pablo a dit…

Pas encore bilingue... mais presque ! Tu fais des progrès époustoufflants ! ;-)

Pablo a dit…

(¿avec un seul f?)

Fauvette a dit…

Tu as raison parler chat c'est parfois plus simple !

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ah Pablo cela vaut bien deux f non ?
Et oui Fauvette, on risque moins d'être effondrée par certains propos ! Un chat xénophobe ça existe ????