jeudi 13 septembre 2007

a quoi ça sert

Je sors de chez le dentiste - Zut une carie qui se cache sous une couronne = 484 euros Youpiiii ! Et si je dois attendre la taxe sur les produits gras pour pouvoir me faire rembourser correctement cette dent, je devrais au moins attendre jusqu'après les législatives.
Nous avons parlé un peu de la situation politique, du silence assourdissant de la gauche, des quotas d'hortefeu (oui le sais je devrais mettre une majuscule, mais là non... je ne peux pas), du mépris de notre grand président vis à vis de ce qui a fait que la France, un temps, était la patrie des droits de l'homme.
Avant, dans la salle d'attente, je feuilletais les journaux et je suis tombée sur ce petit article qui fera bien plaisir à Meerkat, Samantdi, Dieu des Chats et Dr CaSo..

A quoi sert le chat ?
"Tous les animaux parlent, excepté le perroquet qui parle", écrivait Jules Renard. Des langages animaliers, celui du chat demeure le plus mystérieux, le plus hiéroglyphique, dira-t-on volontiers, tant le chat et l'Egypte ont appris à faire bon ménage il y a quelques milliers d'années. Est-ce pour cela que l'on se noie si volontiers dans l'énigme de son regard . On dialogue avec son chien. On capte le sonar des dauphins. Le cheval répond à son cavalier. Mais le chat ? Il ne répond pas. Il ne se dresse pas. Il ne fait pas le beau, il est beau, cela lui suffit. En bref, il est aux abonnés absents. Inutile de lui laisser un message. Il s'en moque.
La tentation est donc grande de faire parler les chats, de se rattraper en somme de cette frustration ou de ce vertige éprouvés face à eux. Bien des poètes et des écrivains s'y sont risqués, les malheureux ! Citons pour le plaisir un livre, un seul, un chef-d'oeuvre, "Le Chat Murr", d'E.T.A. Hoffmann, puis fermons la parenthèse... et ouvrons-nous aux mystères du chat ! Il est l'animal domestique par excellence, c'est à dire le seul qui ait réussi à domestiquer l'homme et non le contraire, et d'un autre côté il incarne la vie sauvage à l'état pur. Ce qu'à si joliment souligné Alexandre Vialatte, disant de lui : " Dieu l'a fait dans Sa grand bonté pour que l'homme puisse caresser le tigre." Il est le symbole du confort, de la placidité obstinée, de la somnolence philosophique. Mais, plus vif que l'éclair, que la passion, que le caprice, il bondit soudain, il est là, il n'est plus là, il bascule dans une autre dimension spatio-temporelle, c'est un animal de science-fiction. Pour un écrivain, il sert de presse-papier, de correcteur ou de censeur. Aussi sec, il le laisse en plan, et bonsoir ! Il incarne précisément tout ce qu'un romancier ne pourra jamais capturer. En un mot, il est un professeur d'humilité. Mais arrêtons là ! On a compris que le chat, qui ne sert à rien, nous est pour cela même indispensable. - Frédéric Vitoux (4 janvier 2007)

Je sais ce n'est pas bien de piquer les journaux dans les salles d'attente, mais j'y retourne bientôt et je l'y remettrai.

9 commentaires:

Editions Filaplomb / Philippe Braye a dit…

C'est exactement la raison pour laquelle j'aime les chats : ils ne me montrent aucune importance ! Je ne suis pas le maître, pas le D.ieu nourricier, juste un être habitant là et qu'ils tolèrent, à la rigueur !
:-)

meerkat a dit…

*grand sourire réjoui* Frédéric Vitoux est un amoureux des chats. Ceci dit,je crois bien que le chat parle, il sait dire : ouvre-moi la porte et vite... alors ce repas, ça vient ? Et aussi : je t'aime. :-)
Un bisou à Chamade.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ben oui, c'est ce que l'on s'est dit G. et moi ! Mais Chamade elle parle... Elle n'arrête pas de communiquer, mais il est vrai que l'on a parfois du mal à comprendre exactement ce qu'elle veut, quoique des caresses et qu'on lui ouvre la porte ça oui on comprend.;)

Pablo a dit…

En lisant ce texte, je me suis souvenu que Cortázar expliquait que tout chat est un téléphone, sauf qu'on ne sait pas trop comment l'utiliser... J'ai trouvé assez facilement le texte original sur le net, dont je vous traduis un fragment : (...) J'ai découvert brusquement que les chats sont des téléphones (...) Maladroits et silencieux, nous avons laissé passer des millénaires sans répondre les appels, sans nous demander d'où ils provenaient, qui était à l'autre bout de cette ligne qu'une queue tremblotante en a eu assez de nous montrer dans n'importe quelle maison du monde. À quoi ça sert, à quoi ça nous sert, ma découverte ? Tout chat est un téléphone, mais tout homme n'est qu'un pauvre homme. Va savoir ce qu'ils continuent à nous dire, quels chemins ils nous montrent (...) (Julio Cortázar : "Comment passer à côté" dans "Un certain Lucas", 1979) (la traduction parue chez Gallimard est sans doute meilleure !).

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oui souvent je regrette de ne pas comprendre ce qu'elle veut dire, elle me regarde, miaule sur différents tons et je suis là, stupide. Cela donne envie de lire "Un certain Lucas" - merci

Dr. CaSo a dit…

Oh la la, Coquine no.1 parle sans arrêt, c'est très marrant, et elle sait TRES bien dire quand elle n'est pas contente! Le plus drôle c'est quand je lui dit "non!" et qu'elle me répond, et on a une conversation du genre "non!" "si!" "je te dis que non, enfin!" "t'es pas gentille!" "et ne me parle pas sur ce ton s'il-te-plaît!" "mèèèèèè heuuuu..." "si tu continues comme ça tu vas avoir une fessée!" "bouh, t'es qu'une méchante, personne ne m'aime!" et elle part en boudant et je finis toujours par rigoler. Elle veut avoir le dernier mot, c'est hilarant!

Valérie de Haute Savoie a dit…

On a toutes les deux des grandes bavardes :D

mirza a dit…

Miawwww !

ddc a dit…

Les chats n'ont pas fini de nous inspirer :)
Dr.caso> Je vois ça d'ici ! ^^