vendredi 7 septembre 2007

Cela fait plusieurs jours que je discute avec moi-même au sujet de ce blog. Je raconte par bribes une partie de mon histoire mais il y manque le ton, et je crains que cela ne puisse ressembler qu'à une longue complainte. Lorsque je raconte de vive voix, je joue un peu comme au théâtre, je change de voix, je mime, je suis très expressive, extrêmement extravertie. Je suis également tenue de respecter la confidentialité de mes enfants, mon mari, je penses, se fiche totalement d'être reconnu (il est même entrain de se faire un avatar avec son vrai visage pour son personnage de second-life). Mais mes enfants ne tiennent absolument pas à être reconnus. Je jongle donc pour, tout en racontant au plus juste notre histoire, garder un coin de mystère sur leur vie. C'est un peu frustrant parfois, mais cela me force aussi à essayer non seulement de colorer mes phrases, mais aussi à ruser pour, malgré tout, parler de mes enfants. Lorsque je raconte un moment délicat de ma vie, je me sens assez gênée pour répondre aux marques d'amitié glissées dans vos commentaires. Pourquoi donc est ce que je raconte ma vie ? C'est justement l'objet de mes discussions "internes", et la conclusion provisoire est que tout simplement j'aime raconter !

11 commentaires:

meerkat a dit…

Oh non, tu ne fais pas du tout dans la complainte, bien au contraire. Tu racontes avec un certain recul et tu permets à chacun d'entrevoir la vie tout simplement.
Je voulais te laisser un lien chez Obni qui recense "ce qu'est un blogue" et renvoie aussi sur deux autres billets. Mais ça déborde du cadre. Tu le trouveras chez lui, dans ses billets de référence.

mirza a dit…

C'est drôle ça, je me pose souvent ce genre de question aussi. Mais je n'ai pas de réponse... pourquoi est-ce qu'on blogue, et puis du coup comment jongler entre les différentes contraintes, est-ce que finalement ça nous approte ce que l'on est venu chercher ?

Valérie de Haute Savoie a dit…

Merci Meerkat je vais aller lire Obni , Mirza, ce que cela apporte ? Je me demande aussi, ce que je sais c'est que j'écris un billet après y avoir souvent pensé, réfléchi... J'ai déjà raturé dans ma tête et il y a un peu de réflexion type analytique là dedans non ?

Pablo a dit…

Salut, je te lis depuis quelques semaines mais je ne sais pas non plus trop bien pourquoi je te lis : parce que j'aime la façon où tu racontes les choses ? parce que j'aime espionner la vie des autres, découvrir un peu de leur intimité ? parce que j'aime qu'on me raconte d'autres vies et c'est pour ça aussi que j'aime lire des romans et voir des films, parce que c'est une façon comme une autre de vivre par délégation ? Je ne sais pas. (Sinon, pour tes doutes en tant que bloggeuse, je te comprends très bien car tous les bloggeurs doivent avoir un peu les mêmes : on décide un jour de créer un blog on ne sait pas trop bien pourquoi, mais on veut en tout cas qu'il ait un certain style, qu'il parle d'un certain genre de choses, qu'il se communique avec un certain type d'autres blogs, avec d'autres lecteurs, dont on ne saura jamais finalement ce qu'ils cherchent en nous lisant ou pourquoi ils nous lisent).

Marc a dit…

J'ai toujours écris, sur des carnets, dans des cahiers et mon quotidien a toujours été mon sujet. Le blog est vite devenu une évidence pour moi, pour partager, pour être lu, pour comprendre les autres, pour rire, pour continuer à écrire. La confidentialité c'est important elle donne une certaine liberté. Ma femme me lit (C'est la seul à connaître mon blog dans mon entourage), nous parlons de ce que j'écris, je lui laisse des messages, des clins d'oeils, c'est devenu un jeu, un partage. La vérité elle est là partout, évidente ou parfois cachée entre les lignes. J'ai de suite été séduit par ton écriture, ton histoire, tes questions, ton univers. J'estime aussi que nous créons quelque chose au fil des notes. A bientôt.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Marc et Pablo merci de me lire, vraiment. Dans mon entourage, seuls mon mari et mes enfants savent que j'ai un blog. Mon fils n'y vient pas parce qu'il trouve que ce serait indiscret, ma fille et JP viennent mais nous n'en parlons pas, ou très rarement. J'ai aussi une multitude ce "journaux intimes" depuis mes treize ans, mais je ne les relis pas.

Dr. CaSo a dit…

Il ne manque pas le ton, ne t'inquiètes pas, le ton c'est ta façon bien à toi de raconter tout ça et c'est ce qui nous fait revenir sur ces pages encore et encore :)

Fauvette a dit…

Je te lis par amitié, j'aime ton écriture. C'est vrai parfois je ne sais pas comment te dire ce que je ressens, alors j'attends, et reviens...
Merci Valérie.

Célestine a dit…

mais tu sais tu peux parler de moi autant que tu veux... mon anonymat n'a pas beaucoup d'importance en Hongrie..je t'embrasse trèèès fort.

Chantal a dit…

Bonjour,
Premier commentaire chez vous alors soyons polie.
Vous aimez raconter et moi j'aime lire, vous lire. Je lis aussi, assez souvent, les commentaires des posts qui m'ont remuée.
J'ai l'impression de faire partie de votre cercle alors que vous ne me connaissez pas.
Longue vie à ce blog où je me sens en si bonne compagnie.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Chantal, c'est vraiment très gentil d'aller lire ce vieux billet dont je ne me souvenais plus.