mardi 11 juillet 2017

mes lectures vite vite

Depuis la fin mai je n'ai plus écrit un mot sur mes lectures en cours.

J'ai pris quelques notes mais succinctes

Le dernier jour de mai j'ai fini un roman prêté par A. mon amie, de Guillaume Le Touze La mort du Taxidermiste L'histoire d'un couple Bernard le taxidermiste et Louise, son épouse rencontrée alors qu'il est dans un camp. Ils ont deux enfants, Marianne et Antoine. C'est leurs vies, chacun son histoire vécu, son secret, ses douleurs. La Corse en toile de fond.  J'ai vraiment aimé ce livre dont un résumé plus fourni est à lire .

Et puis Juin :

Un livre de Ian McEwan L'intérêt de l'enfant. Juge spécialisée en droit de la famille, mariée depuis des années à un homme qu'elle aime. Passionnée par son métier, elle y pense jour et nuit, délaisse sa relation avec son mari qui se laisse charmer par une jeune femme. Le manque de relation sexuelle le pousse à demander à sa femme l'autorisation de la tromper juste pour cela. Elle est horrifiée, refuse absolument, du coup il part et elle reste seule avec sur le dos une affaire qui la bouleverse plus que cela ne devrait. Un jeune ado, presque majeur, atteint de leucémie, refuse une transfusion sanguine en raison de son appartenance à la secte témoins de jehovah. Elle ordonnera les transfusions après une réflexion longue et une conversation avec l'ado. J'ai tellement aimé ce livre.

Et je me suis enfin attaquée à Virginie Despentes et son fameux Vernon Subutex 1. Je n'imaginais absolument pas que j'aimerai ce livre. Très glauque, la vie d'un homme qui bascule. Un de ses amis meurt, celui qui subvenait encore à sa subsistance dans le monde des logés. Il est chassé de chez lui par un huissier et démarre une vie d'errance. Tout autour on découvre ses anciens compagnons du temps où il était disquaire. C'est noir très noir, mais j'ai parfois l'impression de replonger dans mon adolescence, non pas la noirceur, mais les références constantes musicales et un certain "art de vivre" qui me semble ancien.

En passant à la Fnac, où je cherchais un câble pour mon Iphone, je suis tombée sur deux livres de poche côte à côte. Deux livres de Henning Mankel, mon écrivain adoré,  Les chaussures italiennes que j'avais lu il y a quelques années, et dont je ne savais pas qu'il y avait une suite. Puisque je n'avais plus vraiment de souvenirs, j'ai préféré le relire.
Un homme se réfugie dans la maison familiale sur une petite ile. Isolé avec son chien et son chat, il vivote, jusqu'à ce qu'un ancien amour qu'il avait abandonné débarque en phase terminale pour lui demander de tenir la promesse qu'il lui avait faite avant de filer en douce aux états unis sans lui dire au revoir. Elle était enceinte, il ne l'apprend que plusieurs jours après son arrivée, il est père et sa vie en est bouleversée.
J'ai enchaîné immédiatement avec Les Bottes suédoises.
Une nuit sa maison brûle, très vite l'enquête se tourne vers un incendie criminel et il imagine qu'il est le suspect numéro un. Dans l'incendie a brûlé les chaussures italiennes offertes par sa fille. C'est la lente remonté de cet homme qui a tout perdu. Evidemment ces deux livres sont supers, vraiment !

 Vers la fin juin je suis passée chez Décitre où le livre de Serge Joncour Repose-toi sur moi était mis en avant. Prix Interallié... un prix... normalement le livre sort du lot... Une femme riche et sophistiquée mais qui a peur des deux corbeaux qui nichent dans l'arbre de la cour et qui ont fait fuir un couple de colombe. Un homme rustre, paysan, qui est monté à la capitale après que son épouse a succombé à un cancer dû sans doute aux cochonneries épandues sur ses vignes. Et paf incroyable voilà t'y pas que les deux se rencontrent et tombent amoureux. La riche et le pauvre. Bon c'est mieux que du Musso, mais prix interallié...

J'y étais surtout allée pour acheter la suite de Vernon Subutex  de Virginie Despentes. Maintenant Vernon est tout à fait sans domicile fixe, à la rue, devenu une sorte de gourou. Ses amis le retrouvent dans un parc, sous les arbres. Difficile de raconter l'histoire, mais bien que toujours très noir, j'aime retrouver les différents personnages. Cela réveille toujours autant ma folle jeunesse, et  je me demande comment les lecteurs plus jeunes perçoivent ce livre, si les références réveillent autant d'émotions, si l'imagination peut être autant mise en branle que notre génération qui a vraiment vécu cela.

Et ce dimanche, j'ai lu Les jours de mon abandon de Elena Ferrante.  Un jour son mari qu'elle chéri la quitte. Il la déjà quittée deux fois, mais à chaque fois était revenu. Là il ne revient pas, elle sombre dans la folie et c'est très angoissant. Le livre est très dur à supporter et lorsque je l'ai terminé je me suis sentie libérée. Pourtant ce livre m'a vraiment embarquée, j'en suis sortie essorée, mais je l'ai aimé. D'autres en parlent .

J'attaque maintenant le n°3 des Vernon.

9 commentaires:

manoudanslaforet a dit…

Ah Mankel j'adore !

Valérie de Haute Savoie a dit…

manoudanslaforet, Oh oui, moi aussi, et il me reste un ou deux livres à lire de lui :)

Anonyme a dit…

C'est vraiment drôle, on lit à peu près les mêmes livres.... Par contre, Viginie Despentes, autant j'aime la personne, autant je n'arrive pas du tout à lire ses livres. Trop dur, trop noir. J'ai vécu moi aussi une adolescence au bord de ce genre de milieu et ça me laisse un malaise désagréable de replonger dedans.
Merci d'être revenue nous donner de tes nouvelles !
A bientôt,
MarieDesAlpes

Calyste a dit…

Mankel ! Je lirai moi aussi la suite des Chaussures italiennes, que j'ai adoré. Ma sœur est en train de lire Despentes, après avoir été, comme moi séduite, par son apparition à la télé, il n'y a pas longtemps, et elle semble avoir du mal.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Calyste oui je t'ai même laissé un petit mot sur ton blog à ce sujet, vas'y sans crainte (pour mankell) pour Despentes je sais que cela ne plait pas à tous le monde, moi j'aime beaucoup.

Marie des Alpes, pour l'instant je n'ai lu que les Vernon, j'essayerai quand même un autre de ses livres pour voir si j'aime ou non. Je n'ai pas du tout trainé dans ce genre de milieu, mais la musique dont elle fait référence tout au long des livres, me rappelle de très bon souvenirs. Nous étions toute une bande et puisque 'internet ni le téléphone portable n'existaient, nous nous retrouvions au hasard des soirées chez les uns et les autres, fumions des pétards, écoutions de la musique et on riait beaucoup avec un petit fond ésotérique de l'époque.

charlottine a dit…

Despentes, Mankell.... Je retrouve mes bonnes lectures: je te conseille si tu ne l'as pas lu "Sable mouvant " d' Henning Mankell: un témoignage émouvant sur sa vie, des réflexions sur le monde écrit après l'annonce de son concert.
Merci de nous faire part de tes coups de coeur qui donnent des idées ...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Charlottine, je vais le lire cet été, lorsque je serai en vacances je ne vais je crois faire que ça :D et un instant je me suis demandée de quel concert tu parlais en comprenant très vite que le correcteur avait fait des siennes :D

charlottine a dit…

Ah zut ! bien sûr ! Et je n'ai rien vu .... "Cancer" hélas !

Mel a dit…

C'est drôle cette coïncidence, je viens de tirer le McEwan d'une de mes piles pour le lire bientôt. Comme Charlottine, j'ai été très touchée par "Sable mouvant" de Mankell,j'ai aussi lu "Mankell par Mankell", un portrait de lui rédigé par une journaliste danoise, Kirsten Jacobsen (également paru en poche).
Et "Vernon Subutex" le premier volume en tout cas (je n'ai pas lu les autres) m'a intéressée, même si l'univers de Despentes est sombre et sans espoir.