mercredi 8 mars 2017

Vider son sac

J'ai passé une semaine seule, tranquille, JP était à l'hôpital pour une série de perfusions sensée améliorer la guérison de son pied. Il est revenu hier soir, sa souffrance, sa morphine, son mutisme sous le bras. Mais ces sept jours m'ont permis de respirer. L''année prochaine cela fera vingt ans que nous vivons avec sa maladie, vingt ans que j'ai moi de la chance d'être en forme et de bonne humeur me dit-on.
Ouais bon...
J'arrête de caliméroriser, c'est pas dans ma nature et puis tout à l'heure je filerai vers mon bureau, retrouver ma grande copine qui est "de garde" aujourd'hui. Mais parfois tout de même, j'avoue, cela me pèse de vivre de façon restreinte en raison de cette maladie. Et ne me dites pas que je peux partir seule aussi pour me changer les idées, c'est pas si facile de laisser l'autre cantonné dans sa souffrance.
Allez STOP inutile de pleurnicher.

Sur les conseils d'une blogueuse connue, j'ai acheté Cet été là de Lee Martin. C'est un polar. J'ai lu il y a fort longtemps Martin cet été de Bernard Chambaz, je crois que c'est pour cela que j'ai eu inconsciemment envie de lire ce livre là. Eh bien voilà, ce livre se lit aussi vite qu'il s'oublie. Une petite fille part rapporter des livres à la bibliothèque un soir d'été, sans ses chaussures, sur son vélo, et ne revient plus. C'est un des habitants de la petite ville où se déroule le drame qui raconte. Alors, si vous avez envie de lire un livre, choisissez plutôt Chambaz.

JP manque de fer, il faut manger de la viande rouge lui dit le médecin, mais la viande rouge, cela fait longtemps que nous n'en mangeons plus, cela provoque chez lui des hoquets incessants et douloureux. Je cherche sur internet, les lentilles sont ferrugineuses (l'alcool non, mais l'eau ferru l'eau ferru...), par contre l'assimilation n'est pas top. Et soudain, le boudin ! J'adore le boudin, et ça tombe bien JP aussi et ça, ça passe. Alors on mangera du boudin. Du boudin aux lentilles ?

Zeus est passé, grosse pluie, vent de furie, voiture lavée, et ce matin le ciel est bleu, je vais peut être à nouveau enfourcher mon vélo, traverser les parcs qui fleurissent, humer l'air et écouter piailler les oiseaux.


10 commentaires:

Chantal a dit…

Merci du conseil de lecture.
Une info que j'espère exacte : on assimilerait mieux le fer et autres minéraux se trouvant dans les lentilles, pois chiches et autres légumineuses lorsqu'on les mélange, dans un plat ou notre estomac, avec du riz, de la semoule... A vérifier pour JP
Et puis je suis touchée de ce que vous dites de plus personnel, le titre déjà, être malade n'est ni drôle ni agréable, être le compagnon/la compagne de la personne malade ne l'est certainement pas plus. le mot de "restriction" que vous utilisez me semble très juste.
Bonne journée à vélo et avec votre grande amie de garde aujourd'hui.

patricia NICOLE a dit…

Oh que vos mots me parlent...20 ans aussi à accompagner ( parfois supporter disons le ) la souffrance de mon compagnon.
Les conseils j'en entends aussi! divorcer / partir? facile à dire, on ne laisse pas quelqu'un qui souffre et qu'on aime il faut l'avouer.
Je profite de mon côté des déplacements professionnels pour voyager , marcher , bouger , visiter , vivre...Je sors parfois avec les copines après 20h30 ( il dort à 20h).
Bref des moments "égoïstes" pour retrouver un second souffle.
J'aime bien le "heureusement que vous êtes en bonne santé"...ben oui il vaut mieux quand on doit gérer seule le quotidien n'est ce pas!
Je vous comprends,
bises

Pascale a dit…

Mon compagnon souffre de troubles anxieux généralisés, et ben c'est pas facile tous les jours! Actuellement il n'est pas heureux dans son travail, donc cela génère encore plus d'angoisses et d'anxiété, le cercle vicieux... et du coup n'a pas l'énergie pour chercher autre chose, une formation pour changer de voie par exemple.
Forcément cela impacte ma vie et celle de nos enfants... Et toujours cette impression que quand moi j'ai un souci, c'est peanuts à côté des siens... :-/

C'est pénible un manque de fer, il boit du thé ton JP? Une trop grande consommation freine l'absorption du fer... par contre, il faut mieux finir un repas riche en fer par un agrume, la vitamine C favorise l'assimilation.

Anonyme a dit…

Mon mari est bipolaire, alors je sais aussi que c'est difficile d'accompagner un malade chronique. Entre son refus d'être catalogué, et le fait qu'il accepte difficilement mes moments de déprime à moi, forcément moins graves que les siens...
Je me retrouve dans ton ressenti et celui de Pascale.
Il faut se créer de l'espace à soi, où l'on n'a rien à justifier à personne, surtout pas d'être soi-même, heureuse ou triste.
Courage à toi et JP.

Sylvie a dit…

Je ne connais pas l'association boudin-lentilles .
Je sers toujours le boudin noir avec des tranches de pommes , que je fais cuire dans un peu de matière grasse et c'est extra .

Dr. CaSo a dit…

Salade de lentilles froides avec feta, persil, et jus de citron pour remplacer le vinaigre, comme l'explique Pascale ci-dessus, la vitamine C aide à l'assimilation du fer, c'est un délice :)

Moi, je n'aime pas quand les gens utilisent l'excuse de "il y en a qui souffrent beaucoup plus que toi alors arrête de te plaindre!" On a toutes et tous des fardeaux à porter et ils seront toujours plus légers ET plus lourds que les fardeaux de plein d'autres personnes, alors merde, on a le droit de râler un peu de temps en temps, on a besoin d'accepter qu'on peut être fatigués, déprimés, qu'on n'a pas le coeur à rire tout le temps, et qu'on en a parfois marre! La vie ne devrait pas être une compétition pour savoir qui est le plus ou le moins heureux ou malheureux, on a le droit de vivre nos émotions sans se sentir coupable et sans se dire qu'on n'a pas le droit de se plaindre. Voili voilà :)

Sylvie a dit…

Ce que vous avez écrit là , Dr CaSo , est très très bien exprimé .
Tes mots Valérie m'ont beaucoup touchée . Mais sur le moment je n'ai pas su que dire .
Alors je me suis contentée de parler de cuisine .

Mel a dit…

De tout coeur avec toi, Valérie.

Lapunaise a dit…

Je suis la malade du couple. Je fais autant que possible pour que ça reste léger. Mon pancréas étant le coupable. Ça limite les dîners chez les uns lea autres ou les restaurants. Ça limite le sport, les voyages à l'improviste. Ça me fait braire à un point de refuser au mieux, d'avoir l'impression que je vais y rester encore une fois au pire. La douleur, la fatigue, les gens qui pensent que c'est du chiqué le plus souvent, la bonne excuse pour ne pas accepter l'invitation, l'apéro, le tranche de gâteau...
Et l'homme qui aussi pète les plombs parfois quand il a tout mis dans l'organisation du week-end et que je suis jaune canari le vendredi soir.
Alors on se fait une raison lui et moi. Come vous il part respirer un bon coup avec les potes. Et moi je fais ce que je peux pour pas le faire braire. Taire la douleur, écouter les siennes ou celles des enfants .
La maladie est une salope.
Alors allez respirer sans vergogne boire des coups avec les potes et vous plaindre sans complexes. Moi je sais que ça m'aide de savoir qu'il prend du bon temps. Parce qu'il revient avec plein de trucs à me raconter.
Je vous embrasse fort.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Chantal, le livre Martin cet été est le récit de l'Eté qui a vu le fils de B. Chambaz mourir dans un accident de voiture. Ce n'est pas un roman, il est très beau et raconte le séisme que vit cette famille. Evidemment cela me parle particulièrement, c'est sans doute aussi cela qui fait que j'ai tant aimé ce livre. Merci de me comprendre.

patricia NICOLE, mon mari lui ne dort pas la nuit ;) plutôt le jour, quoique depuis qu'on lui a trouvé un manque de fer et qu'on a palier ce manque, il dort plus normalement. On se comprend ;)

Pascale, oui c'est lourd de vivre avec quelqu'un d'anxieux constamment. Le mien est pessimiste, mais je le tire vers le haut et il est partant ce qui est très bien déjà. Et pour ce qui est de nos soucis, oui on aimerait (parfois) que cela soit aussi pris en compte, mais bon, je préfère tout de même ma santé et le manque d'intérêt que cela crée, plutôt que sa maladie :D Il ne boit pas de thé, je pense que c'est lié à sa maladie ce manque de fer.

Anonyme, je pense que vivre avec un bipolaire est très très très lourd. Je t'envoie une tonne de joie de vivre et oui il faut absolument prendre le large pour vivre vraiment la vie.

Sylvie moi non plus je te rassure. JP nous a fait des pommes pommes et de terre et c'était parfait.

Dr CaSo, je garde la recette de la salade, j'adore les lentilles en salade. Sinon, ce genre de réflexion est tellement nulle, bien sûr il y aura toujours des gens qui souffrent plus, et moi je rajoute, y'en a même qui sont morts. Ce qui me pèse c'est d'être coincée par cette foutue maladie et je crois que le voir revenir sans résultat m'a plombée instantanément. Mais depuis je l'ai bien secoué et hier on a même réussi à faire un peu de vélo.

Sylvie pas de problème hein, je ne demande pas non plus que l'on pleure sur mon sort.

Lapunaise, moi je ne prévois rien, rien de bien précis, mais j'ai de l'expérience, du temps où mon fils était petit et qu'il risquait de partir aux urgences à n'importe quel moment, je ne prévoyais plus rien du tout, même pas les courses :D Je suis désolée pour vous, vraiment désolée, et tellement d'accord avec vous, la maladie est une vraie saloperie :(