mardi 13 décembre 2016

la douleur

Je me lève, sans bruit, referme doucement la porte de la cuisine pour ne pas réveiller JP, débarrasse la vaisselle de la machine, fais mon café à la douce lueur de la guirlande installée depuis quinze jours déjà. Puis mon mug chaud en main, toujours comme une ombre, je rejoins mon bureau, Chamade est enfoncée sous la couette, dehors il fait nuit noire.

Cela fait maintenant plus d'un mois que JP souffre d'un pied, et depuis quelques jours la douleur est telle qu'il en tremble le matin, épuisé de ne pouvoir dormir. Hier matin il n'arrivait plus à parler, à midi il trottinait péniblement d'une chaise à l'autre "Je suis tellement fatiguée tu sais, que j'ai failli jeter mon téléphone par terre". Je connais cette immense fatigue qui fait faire des gestes absurdes, je suis tellement peinée pour lui.

Depuis la catastrophe de cet Eté, c'est en tremblant que les médecins introduisent les nouveaux médicaments. Un anti-douleur à part l'efferalgan ? Ils se renvoient la balle d'un spécialiste à l'autre. Il faudra attendre Janvier, après la semaine programmée en hôpital pour rechercher cette molécule coupable, et pouvoir être un peu plus serein.

J'ai à peine le cul sur mon fauteuil que j'entends qu'il s'est levé, et fait chauffer de l'eau. Je retourne à la cuisine, pieds nus il ne m'entend pas. Je le regarde, il semble moins douloureux. Il sourit "J'ai dormi cette nuit, j'ai eu tellement peur d'avoir mal que je ne me suis couché qu'à trois heures, mais j'ai dormi, je n'ai pas mal" et d'un coup je me sens si légère.

Il faut que je le dise à mes parents tant angoissés par sa souffrance.

Je vais attendre un peu, ne pas crier victoire trop tôt...

11 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est affreux de voir souffrir un proche sans pouvoir le soulager.

Courage et bonne journée.

Odile

Mel a dit…

Cette situation doit être très difficile à vivre, je pense bien à toi (et à lui bien sûr) Valérie.

looloo a dit…

Oui, c'est dur d'être témoin impuissant de quelqu'un qui souffre!

J'espère de tout coeur qu'on trouvera ce que c'est!

Biz,
lulu

Marie a dit…

Une période difficile... On se sent impuissant face à la douleur extrème. Bon courage à tous les deux

Sylvie a dit…

On se sent tellement impuissants face à la souffrance , et on souffre de voir l'autre souffrir.
Bon courage à tous les deux .

Valérie de Haute Savoie a dit…

C'est vraiment très gentil de votre part de penser à nous deux, mais sincèrement c'est vraiment JP qui a besoin de soutien. Je suis toujours un peu mal à l'aise d'en recevoir alors que c'est lui qui depuis 1998 se débat avec cette put*** de maladie. Mais merci à tous pour lui et on croise les doigts pour que cela aille de mieux en mieux, si cela est possible.

patricia NICOLE a dit…

Bonjour,
Grosses bises à tous les deux.
Ce n'est pas toujours facile d'accompagner quelqu'un qui se bat contre la maladie et qui souffre.
Mo mari et moi même vivons la même situation et il est vrai que je suis aussi mal à l'aise quand on me souhaite bon courage. On me demande parfois comment je tiens.
Je réponds simplement que je l'aime mon vieux mari :-)

Patricia.

Dr. CaSo a dit…

Je pense très fort à vous deux!

ddc a dit…

Quand ça empêche de dormir, ça devient simplement invivable :(
Pour lutter contre la douleur sans médicament, a-t-il déjà tenté l'acupuncture ?

laurence a dit…

douces pensées pour ton mari et toi , car quand l'être aimé souffre et qu'on est impuissant, on se sent si triste... je t'embrasse

Valérie de Haute Savoie a dit…

Patricia, oui je suis absolument en accord avec vos mots.

Dr CaSo merci copine :) d'autant plus que tu sais de quoi je parle

DDC eh bien hier il a enfin eu son autre médicament et il a dormi cette nuit, c'est un autre homme

laurence merci :)