vendredi 26 octobre 2012

P'tite bite

Je suis arrivée au bureau, les paupières un peu gonflées, fatiguée, une brioche chaude embaumant mes pas.

Je savais que le matin je ne le verrais pas, il était en entretien pour un autre boulot, un boulot de week end, un truc pas gratifiant, mais un truc en Suisse donc rémunérateur. Mon grand chef m'a demandé de venir le voir dans son bureau, l'agence encore fermée.
(grand sourire gourmand) Merci Valérie pour la brioche ... dis donc, j'ai cru comprendre que hier cela avait clashé fort avec Yaël ? et sans me laisser répondre Bon, apparemment il t'a dit des trucs hum bon enfin... je vais te dire exactement ce qui s'est passé.
Il a déboulé dans mon bureau, m'a dit qu'il ne voulait plus travailler avec toi, s'est plaint qu'on le mettait en première ligne, qu'il ne voulait pas être ton larbin...
Je raconte, il écoute, me dit combien il apprécie mon travail, mes qualités, qu'effectivement j'ai un caractère entier il rit, ne met pas en doute mes paroles.
Ma peine doucement s'allège, je file pour l'état des lieux qui m'attend.

Le matin passe comme un soupir ensoleillé, il n'est pas là. Elles sont toutes venues me réconforter, et nous rions sans crainte de déclencher la foudre.

Arrive l'après midi, je suis prête, calme, mon bureau déborde j'ai suffisamment de travail, je pourrai sans problème l'oublier.
14 h 00 il n'est pas là, mais il a prévenu qu'il avait des "heures supplémentaires" à rattraper. Lesquelles ? personnes ne sait, il arrive tous les jours un peu en retard, part avant tous le monde un peu avant l'heure, mais il semble qu'il compte son trajet dans les heures de travail...
14 h 30 toujours personne, à 15 h 00 nous sommes sûrs qu'il ne viendra plus, il ne répond pas au téléphone du grand chef...

Un peu avant 17 h 00 je récupère son planning, à nouveau j'aurai la charge de deux postes pour moi toute seule... en attendant le prochain.

Il y a peu de risque qu'il soit là ce matin.


Merci à tous pour vos messages, ils m'ont tenue tout au long de la journée, mais hier soir j'étais si fatiguée que je n'ai pas eu le courage de vous répondre, promis je fais cela bientôt, ils méritent tous une vraie réponse.

17 commentaires:

Hermione a dit…

OUF !!! :-D

Sacrip'Anne a dit…

Pas mieux !!

Catherine a dit…

Sur mon agrégateur j'avais lu en titre "p'tite bête", je me suis dit : "tiens, elle nous parle de chamade"..... Il serait peut être temps que je retourne chez l'ophtalmo :-D
En tout cas tant mieux, voilà une vilaine page qui se tourne.

Aria a dit…

Ça semble en tout cas confirmer que le problème ne venait que de lui et qu'il va sans doute aller empoisonner la vie de quelqu'un d'autre désormais... Le travail n'est déjà pas toujours facile mais si en plus, des imbéciles puérils n'y voient qu'un défouloir à ego, ça n'arrange rien...
Bon débarras !!

Pablo a dit…

Je reprends pour moi l'essentiel des commentaires précédents : ouf !!!, pas mieux !!, tant mieux et bon débarras !!

Dorémi a dit…

Je n'ai pas commenté hier mais suis contente et soulagée pour vous.

La petite poule noire a dit…

Il est maudit ce poste ! Espérons que le 3e sera le bon ;)

Madleine a dit…

Suis contente pour toi :)
Quel énergumène ce type !

Tu vois que tu pourrais participer au jeu des "366 réels à prise rapide" car hier la consigne était "Aujourd'hui parti"

Nadya a dit…

Voilà ! ça c'est fait ;-)

Anonyme a dit…

Mais quel c*n! n'empêche que ce genre d'individu peut mettre une équipe en l'air!!! Dany

Mel a dit…

Je suis très soulagée pour toi ; j'espère que tu vas vite retrouver le sommeil et la tranquillité d'esprit ; en revanche, pas de chance pour le surcroît de travail. Qu'il y ait un tel turn-over sur ce poste est étonnant en effet. Ou alors, au-delà de la personnalité de deux dernier remplaçants de ton ancien collègue (qui semblait bien démotivé lui aussi), cela signifie que ce n'est pas un travail facile et qu'il faut bien du courage et de l'abnégation pour l'occuper.

PascalR a dit…

j'adore cette conclusion. "p'tite bite" :o)

dieudeschats a dit…

J'espère que ce "Monsieur" ne reviendra plus... On en viendrait presque à regretter Robert dis donc !

laurence a dit…

euh "jamais deux sans trois " ? j'ai bon ? allez Valérie, on n'est jamais responsable des troubles intérieurs de certaines personnes, respire ! sinon tu aurais aussi des pbs avec les autres, non ? (quoi que parfois on peut aussi tomber sur une équipe complète de cons, hein ...)

Olivier d'Evian a dit…

Tant mieux ! Même si tu as encore deux postes sur le dos, c'est toujours mieux que d'avoir une peste dans le paysage.
Il n'aura pas fait illusion longtemps. Ouf.

Valérie de Haute Savoie a dit…

La petite poule noire, oui ce poste est maudit, pénible et vecteur de beaucoup d'agressivité. C'est pour cela que je ne veut pas le tenir, mais je sens que cela me pend au nez et qu'il est temps peut être de commencer à réfléchir pour aller ailleurs.

DDC, regretter Robert AH NON !

Merci à vous de vous être réjouis pour moi, plus que quelques jours et il sera loin. Comme certains le supposent je crois que ce "Monsieur" est effectivement difficile à vivre. Il me reproche de l'avoir pris pour son larbin. Je sais une chose, c'est que jamais je n'ai ce genre d'attitude, tout comme je ne suis pas schizophrène d'ailleurs. Mais ce qu'il n'a pas vraiment compris, et qui se reproduira partout où il débutera, c'est qu'un démarrage de poste est toujours un peu chiant. On ne peut pas faire tout d'un coup. Il faut apprendre et qui apprend ? Eh bien celui ou celle qui est là depuis longtemps. Il imagine, ayant fait une licence, être déjà opérationnel partout. Il va déchanter, mais ça ce n'est plus mon problème.
Une chose que j'ai apprise après Robert et lui, c'est que je ne vais plus m'investir autant pour la formation, et que je vais laisser cela à mes grands chefs afin qu'ils subissent seuls l'ire des futurs recrutés.

marie-madeleine a dit…

on s'aperçoit vite comme ça fait du bien de lâcher prise!!