lundi 1 mars 2010

1er détail du mois de mars

Je n'avais pas encore émigré tout au fond de l'appartement, et partageais ma chambre avec ma sœur plus jeune d'un an. Une vaste chambre où chacune avions notre territoire. Elle à droite, moi à gauche, toutes deux pourvues d'un balcon, d'un lit et d'un bureau en tous points identiques
Elle chien, moi chat !

Je devais avoir une dizaine d'années...

Le soir, alors que les lumières étaient déjà éteintes depuis de longues minutes, je guettais le souffle de J., attendant l'instant propice où je serais enfin réellement seule, la seule éveillée, reine en mon royaume. Les quelques sons provenant de la partie parentale laissaient entendre que le risque était ténu, j'étais libre et pouvais devenir le temps d'un songe, celle que tout au fond de moi j'étais, une délicieuse et diaphane princesse, une princesse désirable, désirable par sa longue et souple chevelure blonde.
Alors, mesurant chaque geste, je glissais ma main sous le matelas, cherchant l'étoffe fine et soyeuse que j'avais trouvée un jour dans le tiroir aux fouloirs de maman.
Qu'importait la couleur, l'essentiel était sa finesse et surtout surtout, a taille parfaite pour, une fois nouée autour de mon crâne, me donner l'illusion d'avoir une longue chevelure que d'un geste gracieux je ramenais sur ma poitrine plate. Assise sur mon lit, d'un mouvement de tête je rejetais mes cheveux en arrière, puis, à nouveau, d'une caresse les ramenais sur l'épaule.
Ces gestes moult fois répétés, rassasiée je défaisais le petit nœud effleurant ma nuque, et roulais en boule la fine soie avant de la cacher à nouveau sous le matelas.

Je redevenais la petite fille au carré bien sage, m'endormant apaisée.

10 commentaires:

Olivier Autissier a dit…

C'est donc vrai, ces rêves de princesses ;)

La petite poule noire a dit…

Joli souvenir. Moi aussi, je partageais la chambre de ma sœur sauf qu'elle était 9 ans plus jeune que moi et ça me pesait. Maintenant, je l'adore !

Lili a dit…

ça me rappele des souvenirs.......une plaque de béton minuscule dans un champ derrière chez nous où nous faisions claquer les talon de nos chaussures avec ma soeur pour nous donner l'impression d'être des princesses évoluant sur le sol en marbre de notre chateau......

Jipes a dit…

Un foulard noué sur les cheveux comme Grâce Kelly alors ? La soie est tellement agréable au toucher, Maman me mettais toujours un de ces foulards en soie autour du cou lorsque j'étais malade de la gorge.

L'enfance peut etre un merveilleux moment....

Ditom a dit…

J'espère que tu es encore ( un peu) cette petite fille ;)

Alexandre Bernique a dit…

c'est trop mignon :)

Valérie de Haute Savoie a dit…

Olivier, tout comme doivent être vrais les rêves de conquérants non :)

La petite poule noire, je suis encore très loin d'être complice avec ma soeur, mais nous arrivons doucement à une sorte de trêve calme.

Lili oh oui les talons qui claquent, peut être bien un de mes futurs détails.

Jipes, ta mère devait être vraiment une mère très tendre. Je comprends le chagrin qui transperce en filigrane tes notes.

Ditom, nous gardons toujours une part d'enfance, bien cachée certes !
ALexandre :)

Madeleine a dit…

On fait avec les moyens du bord ! Sur mes cheveux raides et courts j'installais un pull pour la "sensation cheveux longs" aussi :)

Floh a dit…

Ainsi donc tu t'es relancée dans le marathon de mars! Bravo!
Je me réjouis de venir te lire ici quotidiennement ;)
Et pour ton 1er post, il est plein de poésie :)

Valérie de Haute Savoie a dit…

Madeleine, c'est cela que j'aime avec les blogs, prendre conscience que d'autre que nous ont eu le même désir :)
Floh je vais essayer de réussir !!!