mardi 7 octobre 2008

Arlo

Cela devait être en 1976. Je travaillais par à coup lorsque j'avais besoin d'argent, et puis je lâchais mon emploi, profitais de ma vie et en reprenais un autre. A cette époque je n'avais que mon loyer dérisoire, mes repas étaient succincts, je me déplaçais en stop, n'avait ni eau chaude ni téléphone, un fourneau dans lequel j'engouffrais les restes de coke laissés dans la cave par un précédent locataire où quelques morceaux de bois trouvés çà et là. Mes seules folles dépenses étaient des disques, mes 33 tours chéris que je trimballais d'appartement en appartement.
J'allais chez un disquaire qui recélait des trésors venus d'outre atlantique. C'était là bas que j'avais découvert Patti Smith, Eno, Lou Reed, Brian Ferry et tant d'autres qui me m'accompagnaient dans mes divers délires. Dans ce fatras où les grands classiques de l'époque, Beatles, Rolling stones, Credence et autres côtoyaient ces futurs géants, il y avait quelques disques qui servaient à apaiser mes élans de tristesse. Je les écoutais alors en boucle, plongée dans une tristesse romantique qui allait si bien à mon teint. Ceux qui partageaient ma vie s'en moquaient invariablement "A y'est ! Valérie est repartie dans son trip !"

Il y en avait un tout particulièrement que j'adorais et je ne comprenais pas pourquoi le monde entier ne se pâmait pas en l'écoutant. Je connaissais par cœur chaque accord de guitare, chaque parole que je chantais en pur yaourt.

Depuis des années j'avais abandonné l'espoir de le réentendre. Mon 33 tours était au fond de la cave, gondolé, inaudible, j'avais lu quelque part qu'il ne serait jamais édité en cd.
Et puis un jour, en baguenaudant sur la toile, j'avais trouvé une référence laissant penser qu'il existait tout là bas aux Amériques, l'exacte réplique de ce disque chéri. J'ai attendu d'avoir à nouveau un emploi, des revenus plus substantiels, je l'ai commandé il y à trois semaines, et hier en ouvrant ma boîte aux lettres il attendait dans son enveloppe timbrée d'Amérique.

Et en partant au bureau, chantant à tue tête "Nightime on the city o New Orleans, changing car in Memphis Tennessee...rolling down to the sea" des flots de souvenirs joyeux me revenaient en mémoire.




Tout à l'heure, en cherchant s'il existait une vidéo, au moins une, pouvant illustrer si ce n'est que le chanteur, je découvrai qu'il était maintenant présent sur Deezer ! Et puis, j'ai trouvé une photo de lui datant de 2005 "ciel comme il a vieilli" me suis-je dit !
Ces petites choses qui nous font mesurer le temps...

17 commentaires:

meerkat a dit…

Good mornin' America, how are you?
Say don't you know me? I'm your native son!
Wééé, je me mets au boulot l'esprit en joie, toute contente, tu m'as remis Arlo Guthrie en mémoire. Et puis si certes le temps passe, profondément il ne nous change pas.Et les mêmes chansons nous bouleverseront toujours. Qu'est ce que la musique nous accompagne, quelle chance d'avoir la musique ! :-)

m'irza a dit…

Rhôôôoooo mais je connais ça... mais alors je chercher je cherche et je ne retrouve pas, c'était une autre version, par le même interprête... halalala...

(c'est bien vrai ce que dit Meerkat, tiens.)

Folavoine a dit…

Ah Valérie tu peux pas savoir comme ton post me fait chaud au coeur ! Même génération, même mode de vie à la même époque, mêmes références musicales (y compris Arlo et les morceaux passés en boucle pour accompagner ma mélancolie et grâce auxquels je ressortais régénérée)... je finissais par croire que j'étais 1/ un dinosaure rescapé 2/ un ovni : presque toutes les femmes de cette époque que je croise maintenant ont eu des vies tellement différentes, tellement sur des rails...

Alors je te lis et je bois du petit lait :-))) Un grand merci.

Anne a dit…

J'adore cette chanson aussi, l'un de mes films cultes est "Alice's Restaurant" (réédité en DVD, si tu veux retrouver Arlo du temps de sa folle jeunesse !).

Merci de me l'avoir mise en tête pour la journée !

Jipes a dit…

Ah oui je me reconnais dans ta note sur les 33Tours et leurs compagnies lorsque les aléas de la Vie nous rendent triste ! Très jolie ta note heureux que tu ai retrouvé le 33T !

Lancelot a dit…

Mais tu es une fan de Country alors ? Aaaah ces morceaux qui, quel que soit le moment où on les écoute, véhiculent à la fois nostalgie, mélancolie, et optimisme malgré tout... Des histoires d'autoroutes, de cammionneurs malheureux, de serveuses sexy, de parents qui attendent, de bleds paumés....

Merci pour ton post. Je crois que, quel que soit notre âge, on aura tous une bouffée de bonheur en le lisant, et en l'écoutant.

Kinou a dit…

Valérie, moi aussi, j'adore cette chanson.
Je vais me précipiter sur Deezer ce soir (je n'y ai pas accès du boulot).

Dr. CaSo a dit…

Haha, j'aime beaucoup cette chanson moi aussi (je l'ai d'ailleurs dans mon lecteur MP3). C'est un remake de "on s'est aimé" de Joe Dassin, non? Les matins se suivent et se ressemblent, quand l'amour fait place au quotidien... Ou c'est Joe qui est un remake d'Arlo?

Valérie de Haute Savoie a dit…

Après plusieurs recherches je peux t'assurer Dr CaSo que c'est Arlo Guthrie le créateur de cette chanson (il me semble avec Steeve Goodman)
Anne j'ai acheté ce disque il y a déjà une bonne dizaine d'année, mais j'avais vraiment envie d'avoir à nouveau le disque complet Hobo's Lullaby. Il y a entre autre aussi le titre "Days are short" et "When the ship comes in". Et puis tous les autres :)
Folavoine, je suis comme toi, souvent assez décalée par rapport aux filles de mon âge (sauf sur le web VIVE INTERNET)
Jipes c'est un cd que j'ai acheté, je n'ai plus de platine pour les 33T et c'est bien pour cela que je ne peux bien souvent plus écouter mes disques.
M'irza, justement la version sur Alice's restaurant non ?
Meerkat, c'est justement parce que ces chansons nous replongent dans les souvenirs que c'est souvent si vivifiant non ?
Kinou, Deezer n'a que depuis très peu de temps du Arlo Guthrie (j'ai plusieurs fois essayé de taper le nom et il n'y avait rien - mais tente aussi arlo guithrie parce que je crois que c'est sous ce nom qu'il y a le plus de morceaux de lui)
Lancelot, oui j'aime le country, je trouve cette musique terriblement dynamique. Tu définis exactement l'effet de cette musique.

laluciole a dit…

"les matins se suivent et se ressemblent, quand la tendresse fait place au quotidien..." ; la spécialiste de Joe Dassin qui sommeille en moi ne peut que rebondir ;-) ; qui est le premier de Joe Dassin, ou d'Arlo Guthrie ?

C'est dingue, je l'ai entendue en version bilingue, sur la route de mon week end à Laon il y a quelques jours (mais je crois bien que c'était par Roch Voisine, ouch ;-) )

En tout cas vive internet, et magnifique billet, comme d'hab...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Non non La luciole, ce n'est pas Joe Dassin qui a créée cette chanson mais d'après Wikipédia c'est Steeve Goodman : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arlo_Guthrie

Merci beaucoup pour le "comme d'hab" qui bien que me semblant exagéré, me fait très plaisir !

dr CaSo a dit…

Tiens, p'tit cadeau :)

http://www.youtube.com/watch?v=OfxoM6trtZE&feature=related (en jeune)

http://www.youtube.com/watch?v=uz4_25-Ovac&feature=related (en beaucoup plus vieux, hehe)

Valérie de Haute Savoie a dit…

Ouah Dis donc il a une sacrée chevelure ! Même à 61 ans il a gardé sa voix un peu nazillarde qui me fait craquer :)
Celle plus jeune je l'avais vu hier, toute étonnée justement qu'il soit sur You Tube. Apparemment il est bien plus connu aux USA.
Merci Dr CaSo !

Fay a dit…

Pour moi aussi, un billet qui fait remonter plein de souvenirs, même si je ne connaissais pas cette chanson (juste la version de Joe) je revois mes vinnyls de Lou Reed et de Patty smith et moi, couchée par terre le tête entre les deux baffles....
merci Valérie !

Kinou a dit…

C'est bon, je l'ai trouvé sur Deezer.
Du coup, j'ai recherché un autre titre qui me fait le même genre d'effet : Everybody's talkin', de la BO du film Midnight Cowboy, et j'ai trouvé !
séquence émotion, hier soir, merci !
j'adore Internet pour ça.

kinou a dit…

et je voulais aussi te dire, à propos de ton post 'bénie des dieux', tu as touché un point sensible chez moi.
j'ai à faire face à l'autisme de mon fils aîné, je pourrais me sentir justement abandonnée des Dieux, mais j'ai fait plusieurs rencontres au cours de mon parcours qui ont rendu ma vie beaucoup moins difficile. j'ai ressenti exactement ce que tu décris.

Delf a dit…

clair. moi non plus je comprend pas pkoi le monde entier ne se pâme pas pour cette chanson.