vendredi 13 mars 2009

Vendredi 13

Lorsque l’on me demande des nouvelles de la santé de mon fils, je jette toujours un œil pour voir s’il y a à porté de mains un bout de bois, du vrai que je puisse effleurer tout en répondant. Mon air goguenard laisse entendre que c’est pure blague, la réalité est je préférerais ne rien répondre plutôt que de risquer voir brutalement tomber cette foutue épée de Damoclès.

Tout comme il m’est viscéralement impossible de m’extasier devant un tout nouveau né, il me semble que je dois me taire pour préserver la jeune mère du mauvais œil.

C’est totalement irrationnel, je le sais et pourtant, tout ce qui touche à la maternité, depuis la naissance de G., me semble d’une telle fragilité que je voudrais préserver à jamais la sérénité de ces mères enchantées.

Oui effectivement, c’est de l’ordre de la pensée magique…

Mais je ne suis pas complètement incurable, j'ai un chat noir à la maison !

9 commentaires:

Catherine a dit…

On peut très bien te comprendre après ce que vous avez traversé. Depuis les ennuis de santé de P'titChéri j'ai aussi tendance à chercher du bois à toucher quand je pense à lui.

julio a dit…

Quand je suis venu au monde les docteurs disais a ma mère que je ne vivré pas, et j’ai eu une santé fragile jusqu'à l’âge de trois ans, et depuis je me suis bien rattrapé.
Je déborde d’énergie et je ne suis jamais malade ! bien sur grâce à ma maman qui sait battu pour que son bébé ne meure pas !
Des séquelles ! Oui difficulté à écrire, mais je ne me plein pas, des parents qui m’aime, un frère et une sœur qui ne soutienne en toute circonstance, et mon travail ou je suis comme a la maison, ou j’ai fait mon apprentissage !
Ci sa peu aidé je serai content !

Beo a dit…

Et quand on sait que le chat noir est l'ange gardien dudit fils ;)

Otir a dit…

Tu sais, Valérie, je suis comme toi avec le mauvais oeil. Je ne m'occupe pas de morceau de bois (parce que cela fait référence à la croix), mais je suis très attentive à tout ce qui est de l'ordre du mauvais sort !

J'avais en son temps et ailleurs que sur mon blogue fait tout un topo sur le mauvais oeil, je me demande si je retrouverais ce texte et si oui, je me ferai alors un plaisir de le republier !

Merci de m'y avoir fait penser. (Ah, et puis, il faudra que je me renseigne sur l'histoire du vendredi treize, pourquoi donc est-ce lié au mauvais oeil ? si ça l'est...)

saperli a dit…

je suis un peu pareille que toi : mes deux soeurs ont eu chacune un deuxième enfant avec des soucis de santé, donc quand ma deuxième fille est née, j'étais persuadée qu'elle en aurait aussi... Quand le médecin m'a annoncé qu'elle avait une luxation de hanche, je me suis mise à pleurer comme une petite fille alors que je savais fort bien que dans la plupart des cas, avec un langeage en abduction, tout s'arrangeait fort bien...

Madeleine a dit…

Février et Mars ne t'ont pas gâtée cette année :)

Chamade a tout compris ! elle veille sur G.

Pablo*NSN a dit…

Mais... de toute façon tu as ton ange nº 4 !!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Otir, oui s'il te plaît, retrouve ce texte, cela m'intéresse beaucoup.

Pablo, ce soir en arrivant devant le super marché,il y avait un monde fou... en rigolant j'ai dit tout haut, "allez, tu vas bien me libérer une petite place" et à ce moment là une voiture a allumé ses feux arrières, elle quittait une place juste devant moi. Là franchement cela m'a mis le sourire pour de longues minutes.

Julio, G. est aussi en pleine forme (jetouchedubois)... comme quoi on ne présume jamais de l'avenir et tant mieux !

Béo, la petite chatte noire est plutôt l'amoureuse éperdue de mon fils :)

Saperli, quelque soit la maladie ou le handicap que l'on nous annonce lors de la naissance d'un de nos enfants, je crois que l'on s'effondre d'émotion. Ensuite bien sûr on relativise si ce n'est pas très grave. Je me souviens de mon frère en larme à la naissance de sa fille parce qu'elle avait les "jambes en banane". Quand on voit la superbe jeune fille qu'elle est devenue !

Madeleine, c'est mars qui restera dans ma mémoire... 31 détails et je n'en suis même pas encore à la moitié "Yèsse'sgot" comme on dirait en alsacien !

Catherine, ouf je ne suis pas toute seule :D

Fauvette a dit…

Je te comprends très bien. Je m'impose aussi parfois des petits "rituels", cela me rassure...