lundi 30 mars 2009

30 !

De la radio sortent les premières notes du générique de deux mille ans d'histoire, j'augmente le volume, j'aime cet extrait de la bande son de Christophe Colomb, je chante tout en conduisant, dans dix minutes je serai au bureau.
Se mêle alors un son répété et ténu, qui instantanément me met en alerte. Une sirène, une sirène qui provoque une sorte d'affolement dans la file des voitures. Au Carrefour, malgré le feu rouge, la fourmilière semble devenue folle. Certains grimpent sur trottoir, d'autres en profitent pour griller sans vergogne un feu pourtant très rouge, le ruban se déchire sans que soit encore bien défini d'où viendra l'ambulance. Dans le rétroviseur chacun scrute fébrilement, encore quelques mètres, la voilà, gyrophare et sirène, elle roule furieusement, passant d'une file à l'autre, doublant, brûlant les feux, elle est là juste derrière.
D'un coup de volant je me rabats à droite toute, elle passe, elle est passée, la sirène poursuit sa route, s'éloigne, s'efface...

Alors me montent aux yeux des larmes d'émotion.

9 commentaires:

IsabelleDeLyon a dit…

Moi aussi, ça me le fait toujours et j'imagine le destin en jeu en espérant une issue heureuse.
Je ne peux pas m'en empêcher

Tili a dit…

Moi aussi j'ai toujours une pensée pour le passager de l'ambulance, en espérant que...

Fabulous Fabs a dit…

Je te comprends complètement. J'ai toujours la gorge nouée quand passe une ambulance... Même chose avec le camion de pompier, surtout quand c'est en plein hiver, qu'il fait -25 et que je pense aux gens qui seront jetés à la rue par l'incendie, ça me bouleverse à tous les coups.

PabloNSN a dit…

Tu as déjà décrit (au moins deux fois) des scènes semblables sur ton blog ; d'ailleurs les sirènes et les gyrophares ne sont pas rares ici, j'ai l'impression de comprendre un peu pourquoi ça te hante tellement.

PabloNSN a dit…

Un commentaire qui n'a rien à voir : demain on fête (en grand !) la fin des 31 détails, j'imagine ??!!!

Valérie de Haute Savoie a dit…

J'ai vécu, c'est vrai, la chose de l'intérieur, et voir toutes ces voitures s'effacer pour nous laisser la place, avait quelque chose de très réconfortant.
Je suis à chaque fois très touchée par ta connaissance de mon blog. Des notes périssables qui le sont un peu moins grâce à tes liens toujours à bon escient. Merci Pablo !

Pour ce qui est du 31, je n'en ai aucune idée, puisque je ne sais jamais ce que je vais écrire en me réveillant. J'ai bien peur de te décevoir :(

Valérie de Haute Savoie a dit…

Isabelle, Tilli et Fabulous fabs, ces quelques secondes où l'on croise un destin fragile, éveillent en nous sans doute aussi quelques angoisses toutes personnelles non ?

Moukmouk a dit…

Une Anne te cite dans un commentaire en disant: Valérie de Haut Savoir... j'aime beaucoup!

Un haut savoir du coeur probablement.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Moukmouk, le r est juste à côté du e :) et il m'arrive aussi de faire cette faute de frappe, alors je me demande si mon inconscient me joue des tours :D Le Haut Savoir, j'aimerai bien l'avoir celui là, mais la vie est une longue marche qui devrait, si elle nous laisse le temps, s'en approcher doucement non ?