jeudi 28 février 2008

6 petites choses insignifiantes

Règle 1 : Qui vous a taguée ?
Tout d'abord Fay il y a déjà quelques jours et à qui j'avais dit que j'y réfléchirais pensant bien y échapper, puis Jipes qui vient de le faire alors zou je m'y colle !
Règle 2 : rappeler les règles du jeu
Règle 1 : Rappeler le lien de la personne qui vous a taguée
Règle 2 : Préciser le règlement sur son blog
Règle 3 : Mentionner six choses sans importance sur soi
Règle 4 : Taguer six personnes en mettant leur lien
Règle 5 : Prévenir ces six personnes via leurs blogs respectifs

Règle 3 : Lister six choses sur Soi sans importance

1 Commençons par le tout début du jour… chaque matin je chauffe exactement 150ml de lait écrémé que je verse ensuite dans un gros bol et que je complète par du café décaféiné jusqu’à ras bord. Décaféiné, pour pouvoir ensuite boire plusieurs expresso bien tassés et le lait avant le café puisque Hervé This avait un jour dit à la radio que cela le rendait plus digeste (je ne me rappelle plus la raison de cela mais bon j’obtempère)

2 J’ai les plus grandes difficultés à laisser un tapis qui ne soit pas exactement aligné avec les lames du parquet… cela amuse beaucoup G. qui se fait un malin plaisir à les déplacer en biais, puis à voir combien de temps je tiendrais (ayant parfaitement conscience de mon côté un peu toc), combien de temps donc je tiendrais avant que d’un air dégagé, je repositionne le dit tapis dans l’alignement du parquet.

3 Je suis capable de mettre un bazar fou en quelques minutes sur mon bureau professionnel, mais impérativement chaque soir je passe quelques minutes à tout ranger afin que le matin je le retrouve parfaitement vide, prêt à recevoir le nouveau bazar du jour. Mon dernier bureau était en verre noir et j’avais toujours un chiffon miracle qui n’y laissait aucune trace.

4 Lorsque je suspends le linge ou que je passe l’aspirateur je chantonne, suivant le dynamisme que j’y mets, la truite de Schubert (des Frères Jacques) ou les comédiens d’Aznavour. Et dès que j’en prends conscience j’essaye de stopper ce serinage maladif signe de mon exaspération ménagère.

5 Tous les soirs, quelque soit l’heure, quelque soit mon état, je me démaquille consciencieusement puis je me mets une crème qui sent bon. En ce moment la crème tisane de nuit de Caudalie qui sent divinement le foin frais un soir d’été.

6 Chaque fois que je parle de la « bonne » santé de mes enfants, discrètement je touche du bois et j’attends les foudres qui un jour ou l’autre me tomberont forcément sur la tête.

Voilà…
... je ne taguerais personne, toutes celles que j’ai lues l’ont déjà été !

8 commentaires:

Fay a dit…

Hi hi les petites choses insignifiantes ... Moi c'est la housse du canapé que je remets sans arrêt en place, même s'il y a quelqu'un dessus et pareil pour toucher du bois dés que je parle des enfants ...

stella speranza a dit…

Valérie,
j'étais déjà venu te lire il y a quelques temps, j'avais suivi le fil depuis mon blog. Et je t'ai lu, un peu, beaucoup, j'avais laissé ta page affichée plusieurs jours, bouleversée par tes 'périssables'. Je n'avais pas trouvé la force alors pour te laisser un message dans son entier.
Aujourd'hui je te (re)lis, je me replonge dans tes 'périssables'.
Je retrouve avec 'plaisir' ta belle écriture narrative, sobre, efficace. Une écriture (toujours?) au passé qui brouille les repères temporels, comme pour conjurer certains évènements de ce passé qui ne t'a pas épargné ni toi ni tes proches... J'ai été émue aux larmes en suivant le parcours de G., et aussi de JP, surtout quand tu lui dessines des anges...
Mais ton blog ressemble aussi à ce qu'est une vie, fait d'une multitudes de choses, alors j'aime aussi tes léctures, tes balades, tes photo, ton regard sur ton environnement...

Pour tous ces 'périssables' que je vais conserver dans un coin de ma tête, je te dis merci, c'est parce que tu nous les donne à lire qu'ils deviennent 'mémoire' et donc impérissables...

Je ne savais pas où placer mon commentaire, j'avais choisi au départ un texte où tu parles de la naissance de ta fille et de ta fracture (magnifique texte) mais je craignais que tu ne voies pas mon commentaire...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Stella merci infiniment.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Fay :) En plus il faut vérifier que c'est du VRAI bois et pas une imitation

Jipes a dit…

Valérie merci de t'etre prêté au jeu ;o) Alors comme ca tu as un peu le toc du rangement :o) Je suis le même ! les étudiants qui viennent au labo sont toujours surpris parl'ordre sur ma paillasse de travail plus suisse tu meurs ;o)

Valérie de Haute Savoie a dit…

héhé à la base je suis fabriquée 100% alsacienne et il semble que certaines gènes sont spécialement attribués à la case "bonne ménagère" :)

Beo a dit…

J'aime bien ton chantonnement durant les tâches ménagères embêtantes. Je fais un peu pareil parfois.

Moi c'est d'aligner les tableaux aux murs: rien ne m'exaspère plus que d'être dans une pièce où les tableaux sont de biais...

Sinon: j'ai été taggée et je fais tout bientôt ce billet/devoir :)

Darcy a dit…

Ha.. "les comédiens" de Charles Aznavour.
Quelle belle chanson. Il m'arrive encore aujourd'hui de glisser un cd de lui dans ma platine...

Pour l'aspirateur, il m'arrive souvent de penser au film de jim Jarmush "Stranger than paradise"
Quant un des acteurs dit à la fille pour expliquer l'aspirateur, "dit que tu étrangles le crododile"