lundi 4 août 2008

de gauche... pfff

Hier après-midi au bord du lac d'Annecy
Avant il y avait la gauche, la droite, une sorte de centre plutôt à droite, l'extrême droite et l'extrême gauche et un parti de sensibilité écologiste.

Petit à petit l'extrême droite avait réussi à être plus présente, à s'immiscer dans le groupe de droite, s'invitant aux élections municipales. Je me souviens de l'effroi lorsque Megret avait été élu. Il y avait eu de plus en plus d'élections gagnées grâce à des voix lepénistes. Il y avait bien des tensions à gauche, mais la gauche était à gauche et la droite était à droite, toute à droite.
Mitterrand nous avait vraiment donné un élan, la peine de mort devenait histoire ancienne, l'être humain était considéré comme un être humain.
Puis Chirac avait pris la succession. Rien de bien enthousiasmant, pourtant mes repères restaient stables. La gauche, la droite mélangées à l'extrême, les verts, des communistes moribonds, une extrême gauche un peu folklorique avec ce jeune facteur qui commençait tout juste à sortir des bois. J'étais à gauche, la gauche confortable.

Depuis que cet abject président a été élu, il me semble que tous ces repères ont été labourés. Une partie de la gauche a succombé instantanément à l'improbable charme de cet homme si vulgaire, l'autre se noie dans des querelles si mesquines que je ne rêve que d'une chose : qu'elle disparaisse !
La presse ne s'occupe que de l'anecdotique, et encense chaque jour celui qui détruit tel un bulldozeur ce qui faisait l'identité de la France. Elle se pâme devant un mannequin soi-disant plein de charme et d'intelligence, qui plus est parait-il de gauche.

Je me demande souvent si je suis la seule à ne rien voir de positif dans cet gouvernance, si je suis la seule à ne trouver aucun ministre légitime, si je suis la seule à ne pas avoir l'impression que celui qui a été élu n'a rien d'un président.

Et ce soir, écoutant d'une oreille distraite, les informations, je me suis surprise à penser "à quoi bon se battre". Comme si cette fois-ci il fallait que l'on touche le fond, que rien ni personne ne pourrait arrêter l'œuvre de destruction massive à laquelle s'est attelée l'excité des épaules. Et que l'on ne pourrait reconstruire qu'une fois tout détruit... lui avec.


12 commentaires:

Saperli a dit…

relève-toi, ce n'est pas le moment de faiblir, sa cote a remonté de deux points !

Anonyme a dit…

c'est vrai que nous sommes découragées mais il nous semble aussi que tout ne pourra pas continuer comme cela alors peut etre qu'à la rentrée il se passera quelque chose
Enfin vous écrivez toujours exactement ce que je pense
Merci encore.

lancelot a dit…

Le "à quoi bon" est dangereux (mais tellement tentant ! je me le suis dit moi-même des tas de fois depuis 14 mois...).

Même si c'est écoeurant, décourageant, et qu'on a l'impression de sans cesse tourner en rond avec nos aigreurs ressassées vis à vis de ce gouvernement arrogant et déconnecté, je pense qu'il FAUT continuer à critiquer, analyser, en parler et imaginer une autre alternative, et une autre suite possibles. Tant pis si au final c'est inutile. L'essentiel c'est de ne pas rester muets.

Et merci à toi de ne jamais être muette, et comme l'a dit le commentateur précédent, de se faire un peu sur ton blog l'écho de ce que nous pensons. Ca réconforte (c'est déjà ça !).

Jipes a dit…

Non tu n'es pas la seule j'aborrhe ces fats qui se prennent pour les nouveaux rois malheureusemen force est de constater que l'alternance à gauche n'ioffre rien de très folichon mais ca ne m'empêche pas de garder mes valeurs et tout sauf celles de droites qui vont bon train dans la casse sociale à tout va :o(

Althéa a dit…

Je confirme aussi que tu n'es pas la seule... je me demande jusqu'à où il devra aller pour que les gens réagissent... Je suis révoltée, mais me sens tellement impuissante !
Merci pour ton blog, tes écrits sont toujours si sensibles et si agréables à lire...

Althéa

Dr. CaSo a dit…

J'ai vécu six ans avec comme président un certain buisson maudit qui détruisait (et détruit toujours, d'ailleurs) tout sur son passage, lui aussi. On ne peut pas faire grand'chose à part se battre là où on peut, même si ça paraît dérisoire, ne pas oublier de remarquer les choses positives qui se passent malgré tout autour de soi, et se souvenir que tout le monde n'a pas voté pour cette ordure. Et puis on espère que le temps passera vite et que la personne suivante fera moins de dégâts...

zélie a dit…

Allez courage, on en est tous là...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oh je crois que je ne pourrais pas réellement abandonner, mais parfois je suis lasse de voir cette presse tellement servile, cette opposition si molle et inutile, ces hommes qui ont le culot de se dire de gauche et qui approuvent ce président effarant.

Il mes semble qu'effectivement nous sommes là, mais si dispersés !

darcy a dit…

J'ai eu la même période que toi, qui est toujours d'actu d'ailleurs.
Mais non, je ne crois pas tout de même que tout est fini.

Nous sommes beaucoup à ne pas accepter, j'en ai eu la preuve encore une fois en écoutant france info l'autre jour lors de notre périple sur la route des vacances. Deux journalistes ont tapé sur sarko and co avec des mots très forts sur l'immigration entre autres.
Deux hommes courageux car il fallait le faire quand même.
Il faudrait que je retrouve ses émissions.

Non tout n'est pas terminé

Sar@h a dit…

Brel chantait "
Non Jef t'es pas tout seul
Mais arrête de pleurer …"

Non, tu n'es pas seule … et quand je commence à douter, il me suffit de quelques clics pour savoir que nous sommes nombreux(ses).

Le problème, c'est que nous sommes bien élevé(e)s. Nous respectons notre démocratie, nos élu(e)s … Autre soucis, il n'y a personne de charismatique pour s'élever contre l'Autre. Il a bien analysé ceux qui sont en place, il connait leur travers, et les tient, et c'est pour ça qu'ils sont toujours là ! [Même les semblants d'électron libre]
Maintenant, je constate souvent que la vie est une farceuse … alors qui sait, les choses peuvent aller plus vite que nous le pensons.

Je pense, je regarde, j'attends …

J'ai un rêve connaître son dossier scolaire … Quel enfant était-il ? Il donne l'impression de celui qui dans la cour de récréation passait son temps à casser, perturber les jeux des autres … Trop jaloux d'être incapable d'en inventer !

laluciole a dit…

Valérie : non tu n'es pas seule, et loin de là !
Par contre le découragement dont tu parles semble s'être emparé du plus grand nombre, inertie et indifférence sont les maitres mots ...une façon de se blinder ? le résultat d'une politique qui consiste à faire passer les réformes impopulaires en plein coeur de l'été ?
j'en arrive à me dire que je hais la France où nous vivons.

Here, There, Elsewhere... and more a dit…

Non, vous n'êtes pa la seule...
Moi, par exemple, depuis l'arrivée de la présidence "bling bling" en France, je boycott les médias "classiques" (TV, journeaux appartenant à Bouygues, Lagadaire et compagnie...) et je découvre la "vraie" version de ce qui se passe dans le monde et en France via Backchich, Marianne, Vigilence-citoyenne...etc
Je n'achète plus du tout de magazine dès lors que la une est consacrée à X, Y ou Z (voyez ce que je veux dire...)
Je continue de militer (dans la vraie vie) pour la liberté de la presse, le droit au travail, au logement, à une vie décente...etc. Bref, je ne peux, peut-être, pas faire grande chose toute seule dans mon coin, mais, je refuse (comme vous) de rien dire, rien faire...