mardi 22 février 2011

les journées sont fraîches.

A peine la porte de l'Agence ouverte, je sais que ma journée sera un cauchemar olfactif, nul ne pourra aujourd'hui ignorer les allers et venues de Carole.
Vous avez, sans nul doute, senti un jour l'odeur piquante d'un dessous de bras mal lavé croisé au détour d'un couloir, jamais vous n'avez pu sentir celle là, JAMAIS !
Chaque jour est une découverte, un étonnement, un "mais comment est-ce possible ?"
Certains matins sont pires, pires que tout ce que vous avez pu imaginer. Les yeux piquent et malgré toutes les écoutilles fermées elle s'insinue aux tréfonds des narines, parfois même donne des hauts le cœur.
Les jours de forte présence, Carole navigue d'un bureau à l'autre, tout sourire, agitant ses bras comme de grandes ailes, enveloppée par l'odeur tenace qui s'accroche longtemps après son passage. Elle nous quitte et déjà nous courons en apnée pour ouvrir les fenêtres, ahhh gorger nos poumons de l'air frais du dehors.
Elle passe et repasse, imprègne l'espace qui n'est plus que courant d'air.
Il fait froid mais qu'importe, il en va de la survie de nos cils olfactifs !

22 commentaires:

Anne a dit…

Gloups! J'espère qu'au moins elle se lave les dents et qu'elle peut te parler sans trop de dommage...

Anonyme a dit…

Lui glisser un déo dans son sac... elle devrait comprendre :-)

Anne a dit…

Compassion totale. J'ai vécu. Plus jamais.

Il faut (et ça demande un courage absolu) que vous lui en parliez. Gentiment et sans jugement, si ça se trouve, c'est une maladie.

Mais si c'est juste une question de déo et d'hygiène, vous allez lui rendre service.

Courage !

Lili a dit…

La personne pour qui je travaille est assez directe sur ce sujet. Elle ne SUPPORTE pas les odeurs trop fortes en général, alors la transpiration......
A part les clients (et encore elle prend péniblement sur elle), elle n'épargne personne. Haleine de fumeur ou autre......, transpiration, parfum trop généreux, elle le dit, elle s'excuse d'être directe, mais elle est cash.....

Floh a dit…

Halala, l'éternelle question de "il faut lui dire mais qui veut bien s'y coller"..Je n'ai jamais eu à le subir jusqu'ici, heureusement et je prie pour que ça continue, mais j'avoue honnêtement, je ne sais pas si j'arriverais à le dire, moi...et pourtant quand ça devient aussi insupportable...
Courage!

FD a dit…

Miam...:-( Courage... on en a ici aussi mais en version ado, par paquets de plusieurs, avec parfois mêlée une odeur de vieille crasse sur jean sale et de moisi.excudeas

La petite poule noire a dit…

J'ai eu un collègue dont l'odeur corporelle nous était un supplice. On n'a jamais eu le courage de le lui dire. A un de ses anniversaires, on lui a même offert ... des savons. Plusieurs années plus tard, nous avons retravaillé ensemble mais il ne dégageait plus les mêmes relents. Entre temps, il s'était marié ;)

Mel a dit…

Souvenir qui date : une personne de mon service, pourtant très soignée, dégageait une odeur nauséabonde. Quelqu'un a fini par s'y coller (pour le lui dire), avec délicatesse, il a fallu du temps pour découvrir la cause : une crème pour le corps qui tournait sur elle...

Bon courage, j'ai aussi en mémoire des haleines atroces de café+clope émanant de gens que j'aimais bien mais qui avaient manifestement des problèmes digestifs... En général, plus tu t'écartes (discrètement), plus ils se rapprochent.

ddc a dit…

Anecdote vécue : un collègue passe dans mon bureau, renifle ostensiblement et me dit "untel est passé discuter avec toi, non ?"
Et comme "untel" est le chef, ça ne facilite pas les choses... ^^'

Jipes a dit…

J'en parlais avec mes collègues féminines et apparemment les dames ont une sensibilité olfasctive exacerbé pour les odeurs de transpiration et de manque de lavage de linge. Les hommes du labo sont moins sensible à ce genre de mésaventure

Erin a dit…

Je fais malheureusement partie des gens à l'odeur forte... même propre, même avec déo... C'est un calvaire souvent.

Calyste a dit…

Jipes: je suis un homme et je peux t'assurer que je suis très sensible à ce genre d'odeurs!
Valérie: me permets-tu de faire un billet sur le même sujet qui m'inspire? J'ai les mêmes désagréments au boulot avec une collègue avec qui je travaille depuis trente ans, et ça ne s'arrange guère ces dernières années! Moi non plus, je n'ai jamais eu le courage de lui dire, ni personne d'ailleurs. elle ne semble pas comprendre les nombreuses allusions qu'on lui fait gentiment.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Tu rigoles Erin, c'est IMPOSSIBLE que tu égales ma collègue ABSOLUMENT IMPOSSIBLE :o) Et pour ma collègue cela ne ressemble en rien à un calvaire.

Anne, j'ai un réflexe spontané dès que je la vois, je bloque l'odorat.

Anonyme, c'est une idée, mais il va falloir user de ruse de sioux.

Chiboum, cela a été fait sans aucun résultat. Et ce n'est pas faute de lourds sous entendus constants qui jamais n'ont provoqué de réaction de sa part.

Lili, un jour je vais craquer, mais cela aura des dommages irréversibles, elle a la rancune tenace.

Floh c'est effectivement délicat, et je me dis que si elle n'a pas encore compris c'est qu'elle ne veut pas comprendre.
J'en suis à me demander s'il n'y a pas une jouissance perverse à nous faire subir cela. Les jours où l'odeur dépasse tout ce que l'on peut imaginer, sont justement les jours où elle traverse constamment tous les bureaux, s'attardant et brassant l'air comme pour se moquer de nous.

FD, j'ai eu la chance d'avoir des ados raton laveur, mais je crois que cela me dérangerait moins, j'aurais dans l'idée que cela ne serait que temporaire.

PPN, il y a très peu de chance qu'elle trouve chaussure à son pied hélas !

Mel, pas plus tard qu'aujourd'hui une de mes collègues a subit justement un propriétaire dont l'haleine pestilentielle l'a fait reculer jusqu'au mur où elle s'est retrouvée coincée, voyant l'écart entre le propriétaire nauséabond et elle se raccourcir au fur et à mesure qu'il avançait, tout baveux. Notre métier est parfois difficile pour notre odorat.
Ma collègue "d'ssous d'bras" préfère agiter ses bras plutôt que de passer la barrière intime.

DDC, à l'Agence c'est régulier. On rentre dans un bureau et on dit en riant, Ah Carole vient de partir ?

Jipes, hier un client a plusieurs fois protesté en faisant de grand geste afin de brasser l'air, mimant l'étouffement, et disant à haute et intelligible voix que les déodorants ça existait ! Homme ou femme, il n'y a guère que Samuel qui ne soit pas vraiment importuné, il ne sent rien.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Mais Calyste bien sûr voyons, je n'ai même pas à te donner mon consentement ! Il faudrait que l'on se concerte pour trouver une solution.

ddc a dit…

Pour un autre collègue qui avait des problèmes d'odeur, l'infortunée qui partageait le même bureau avait acheté un spray contre les odeurs dont le nom (Oust!) m'avait fait partir en un fou rire incontrôlable...

Fauvette a dit…

Elle a peut-être une maladie, elle prend des médicaments ?

Sinon, si c'est une question d'hygiène, la solution s'impose : lui parler.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Fauvette non je ne crois pas. Elle ne doit pas se laver ni laver ses vêtements. Ce qui est dommage, c'est que c'est une fille qui a beaucoup d'humour (mais susceptible comme personne) et très intelligente.

DDC, on a bien rit au bureau quand j'ai lu ton commentaire, et l'on a envisagé d'acheter ce Oust (qui existe aussi en France) en le laissant bien en évidence. Pas sûr qu'elle comprenne !

Dr. CaSo a dit…

J'avais une employée comme ça, c'était vraiment difficile à vivre pour tout le monde. Comme nos clients doivent écrire un rapport (anonyme) sur le service que nous leur offrons, ma secrétaire a eu un jour l'idée d'écrire un faux rapport d'un client se plaignant longuement de l'odeur... Et ça n'a rien changé! Après ça, on n'a vraiment pas su quoi faire... (heureusement c'était à mon ex-boulot!)

Valérie de Haute Savoie a dit…

Voilà Dr CaSo le problème c'est que malgré les dits et les non-dits pourtant très peu discrets, les personnes qui puent s'en contre fichent. De plus en plus il me semble que leur inconscient se délecte de notre malaise.

Moukmouk a dit…

Peut-être a-t-elle un bas niveau d'olfaction et qu,elle ne sait pas qu,elle pose problème.

Une bonne façon de le savoir, sans olfaction, il est très difficile de nouer une relation amoureuse...ça pourrait être une piste.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Moukmouk je ne sais pas si elle a une vie amoureuse tumultueuse, mais par contre tu m'intéresses beaucoup en parlant de la nécessité d'avoir un bon odorat pour lier une relation amoureuse. Tiens dis donc, je vais m'y intéresser de près.

J'ai un odorat plus qu'épanoui moi :D

Lancelot a dit…

Tu crois vraiment que c'est du sadisme de leur part ? Alors là on frise la folie furieuse, non ? Parce que je me suis souvent interrogé sur ce phénomène : ce n'est PAS POSSIBLE qu'ils ne sentent pas l'odeur sur eux, ou tout ou moins qu'ils ne s'aperçoiventr pas des réactions qu'ils suscitent, à force. Personnellement quand j'ai transpiré très fort suite à un coup de chaleur inopiné ou à un effort, je n'ai qu'une hâte, c'est me précipiter chez moi pour prendre une douche. Ca me fout trop la honte.