vendredi 26 août 2011

Fabien

Une des particularités de la maladie de JP est la grande difficulté à cicatriser pour le moindre bobo. Piqûre de moustique, petite crevasse du talon, minuscule blessure prennent très vite des proportions incontrôlables. Alors on appelle Fabien pour qu'il vienne réparer tout ça, Fabien c'est l'infirmier, celui qui a pris la succession de Jarige à la fin de l'année 2008.
Fabien a encore l'accent du nord, il a le visage rond et doux, il est toujours de bonne humeur et ponctuel. Si jamais il est en retard, il appelle pour prévenir. Depuis le temps il fait partie de la famille, Chamade ne se cache plus sous le canapé pour le surveiller, elle vient même parfois quémander des caresses en effleurant, dos rond, un de ses mollets.
Au début il est là tous les jours, puis au fur et à mesure de la cicatrisation il espace ses visites, un jour sur deux, puis sur trois puis plus du tout pendant quelques semaines... jusqu'à ce que JP ait à nouveau besoin de lui.
Un coup de fil et il est là, souriant.
A nouvel an nous lui offrons une ou deux bonnes bouteilles, parfois je viens le saluer et bavarder. Je lui raconte en riant mon nouveau cancer, ma future crise cardiaque, une anecdote du boulot, je l'aime bien, et je crois qu'il nous aime bien.
Lorsqu'il prend une journée de congé c'est Jarige qui le remplace, ils sont amis, se voient souvent. Jarige est bavard, Fabien plutôt taiseux.
Hier c'était le jour de Jarige, à midi il n'était pas encore passé, souvent il est en retard, il est un peu tête en l'air. Il n'est arrivé qu'à 18 heures un peu en vrac.
Le matin il était chez Fabien, avec le Samu.
Ensemble ils ont bataillé de longues minutes pour qu'il revienne, mais Fabien est mort à 37 ans d'une crise cardiaque.

23 commentaires:

Hermione a dit…

Oh mon Dieu Valérie, c'est quoi cette série noire ? C'est tellement triste tout ça. Et une mort si prématurée et soudaine est violente pour tout le monde, difficile à accepter parce que la révolte se mêle à la tristesse.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Hier soir, lorsque j'ai prévenu G. qui bien entendu le connaissait aussi pour l'avoir vu si souvent, il m'a dit lui aussi qu'il trouvait cela si injuste que cet homme si gentil, si dévoué meurt aussi jeune. Je pense à sa femme et ses tout petits enfants.

Anne a dit…

Frisson...

Et non, y a pas de justice. Jamais.

Sauf qu'on meurt tous à la fin et qu'on ne sait pas quand, y a zéro règle et parfois ça met en rogne.

samantdi a dit…

Quel été meurtrier... Il y a en effet de la révolte en nous quand on apprend une telle nouvelle.

Anne a dit…

Je suis désolée...

Fay a dit…

Pourquoi souvent cette vilaine "loi des séries" ? Et surtout comment peut on mourir à 37 ans d'une crise cardiaque ! Quelles tristes nouvelles Valérie... Bon courage.

Mahie a dit…

Oh pauvre homme, moi aussi e pense à a sa famille :-( Quel désastre...
C'est un joli hommage que tu lui rends.

C a dit…

Je comprends enfin de quel infirmier il s'agissait. J'en suis désolée.
Ici pas de "loi des séries" mais une interminable succession de "mortalité". Mes collègues passent leur temps à aller à "la mort" (la veillée funèbre) puisque chacun ici a des liens de parenté avec tout le monde. On se retrouve chez la famille du défunt, les hommes boivent jusqu'à tard dans la nuit, les femmes font le service, que l'on soit parent, voisin ou simple et vague connaissance. Les processions funèbres font des kilomètres et tous les matins la radio de Maurice annonce les 4 ou 5 décès de la nuit avec une musique pesante en fond sonore.
Je refuse de donner la moindre attention aux coïncidences, aux séries etc mais quel bonheur de savoir que ma culture et mon éducation m'ont tenue éloignée de cette espère de curiosité emprunte de sentiments mielleux palpable ici... et de pouvoir dire à mes collègues que je n'ai assisté qu'à 4 ou 5 enterrements dans ma vie entière!
je ne sais pas pourquoi je mets ça ici, sans doute parce que la façon dont tu racontes le départ de Fabien est si doucement respectueux..

Madeleine a dit…

Peut-être C. que, là où tu vis en ce moment, la mort fait plus partie de la vie qu'ici ?!
D'ailleurs ici ne "cache" t-on pas un peu trop nos morts ?! Mais je comprends ce que tu veux dire car moi aussi le côté religieux m'exaspère.
Des pensées Valérie pour cette jeune famille en deuil ...
Et pour répondre à Fay, oui on peut mourir d'une crise cardiaque à 37 ans. Un copain de mon jeune frère, en avril, tombé lors d'une balade en forêt ...

dany a dit…

je pense à la famille de Fabien mais aussi à tous ceux qui l'appréciaient... la vie est parfois si injuste, ne laissons pas passer les petits bonheurs...

Catherine a dit…

Infiniment triste et injuste en effet.

Stef a dit…

C'est tellement affreux de mourir de cette manière. Si jeune, personne ne s'y attend et le choc n'en est que plus dur.
Quand à Jarrige (que je pense connaitre au passage) je n'ose imaginer sa stupefaction. Perdre un collègue de cette façon, il faut s'en relever.

PabloNSN a dit…

P*tain, m%rde :-(

Surtout sans avoir eu le temps de dire au revoir à ses proches (j'ai lu récemment le livre de D.S-S dont tu avais parlé ici).

FD a dit…

C'est tellement injuste, injuste et inattendu. Aucune mort n'est juste mais c'est si soudain... Tu lui envoies, et nous avec de douces pensées. J'espère que tu n'auras plus à écrire de tels billets avant longtemps...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oui cette mort est vraiment vraiment triste. Elle n'est pas plus injuste qu'une autre, ou alors toutes les morts sont injustes, c'est la vie tout simplement.
Comme le dit Pablo, ne pas avoir pu dire au revoir à ceux qu'il aime est sans doute ce qui est le plus triste.
Je sais qu'il va nous manquer encore longtemps.

Lce a dit…

A peine le temps de s'attacher à sa personne par le récit touchant que nous en fait que.... baam ! quelle fin de récit atroce, quelle fin brutale tout court ! et à 37 ans ! ici c'est un jeune repreneur d'entreprise qui est parti de la même façon à 42 ans et un grand sportif (qui avait fait un test d'effort 15 jours avant) qui est parti aussi à 58 ans pour les même raisons... bbrrr ça glace le dos, on déteste tous ces fins précoces et brutales

Valérie de Haute Savoie a dit…

La crise cardiaque est brutale, violente et rapide. Et ce qui est terrible c'est le contexte souvent, en famille, au bureau ou comme pour l'oncle de JP dernièrement, sur un parking alors qu'il venait de déposer son épouse à la poste et qu'il allait juste garer sa voiture. Le temps qu'elle lui dise à tout de suite et il était parti. J'espère toujours qu'un bout de conscience reste encore là juste pour entendre l'au revoir de celui ou celle que l'on quitte.

Jipes a dit…

Bel hommage même si c'est une bien triste histoire Valérie :o( enfin c'est la Vie mais c'est vrai qu'a cet âge ca paraît tellement injuste !

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oui c'est si triste, demain nous l'enterrons.

PascalR a dit…

Outch! Quelle histoire, c'est horrible. J'ai l'impression qu'en ce moment où que j'aille, il y a quelqu'un qui meurt ou qui a de graves ennuis. Comme un cycle qui n'en finit pas.
J'espère qu'il aura eu une belle vie bien remplie mais c'est injuste tout de même; son épouse, ses enfants...

Valérie de Haute Savoie a dit…

PascalR tout à l'heure, je regardais cette jeune femme, si digne, protégeant ses deux très jeunes et très beaux enfants, accueillant tous le monde avec humanité et respect. Alors que nous étions tous autour de ce cercueil, je les regardais et me disais que c'était vraiment une très très belle* famille et la mort de Fabien en devenait encore plus tragique. Je le regretterai longtemps, très longtemps et moi aussi je souhaite à cette femme et à ses enfants de pouvoir à nouveau être heureux.

* belle puisque si pleine d'amour de l'autre.

Lancelot a dit…

Mon Dieu ce que tout ça me fait peur.... Quand j'entends, quand je lis des histoires pareilles, à chaque fois que je dis que, par comparaison, mes problèmes persos et mes épilages de nombril sont bien futiles.
Mais on recommence toujours...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Oui on se dit toujours que dorénavant on supportera ses petits soucis et puis la vie reprend c'est humain. Je suis pareil va, même si maintenant cette mort reste terriblement présente.