samedi 9 février 2008

huile d'olive

J'ai posé le saladier sur la table dans lequel je verse un filet d'huile d'olive, un peu de vinaigre balsamique et une bonne pincée de fleur de sel d'Oleron, rien de plus !
Je "fatigue" la salade et l'odeur extraordinairement fruité de cette huile monte à mes narines... je ferme les yeux... je suis sur la plage...

L'un après l'autre nous nous postons devant maman.
Elle tient de sa main gauche une bouteille d'huile d'olive qu'elle verse sur nos épaules. Sa main droite nous caresse en étalant l'huile. Et l'huile chauffée par le soleil parfume notre peau, c'est le parfum des vacances, de la mer, des pic-niques assis dans le sable, le bruit du ressac et les cris des mouettes qui se réjouissent des petits morceaux de pain que nous lancerons tout à l'heure.
Elle est à genoux, nous tourne et retourne, pétrissant nos petits bras dodus et nos cuisses rondes... fermez les yeux... ses doigts n'oublient aucun petits plis et chatouillent pour rire... un baiser sur le nez nous libère... vite sauter à pied joint dans le rond de la bouée que l'on remonte jusqu'à la taille et courir, courir vers les vagues pendant que celui qui nous suivait dans la file supplie qu'on l'attende, trépigne, essaye de glisser des mains maternelles... être le premier à sauter dans l'écume.

Nous brillons au soleil et ce soir nous serons dorés chocolat. C'est sûr, c'est maman qui l'a dit, c'est pour cela qu'elle nous "tartine" !

10 commentaires:

catherine a dit…

Je fais partie depuis 17 ou 18 d'une enquête de l'inserm. Le dernier questionnaire portait sur le soleil et, entre autre, l'indice de protection des crèmes utilisées. Ça m'a fait beaucoup rire parce que, comme toi, quand j'étais petite, maman me tartinait d'huile et je ne suis pas certaine que ça protégeait beaucoup des rayons du soleil.

Leeloolène a dit…

Et les mouettes... elles venaient picorer aussi les bonnes petites épaules pleines d'huile d'olive ???

Ton billet nous transporte sur la plage, j'entends l'écume et je sens les bons embruns :)
C'est chouette !! (et comme mon bureau est face à la mer le voyage mental est encore plus facile :) )

Valérie de Haute Savoie a dit…

Leeloolène Veinarde ! Bon moi je vais tout à l'heure boire un vin chaud au soleil et les pieds dans la neige :D

Catherine, eh oui à l'époque le soleil était juste là pour nous bronzer :) Quelques temps après maman a découvert l'Ambre solaire tout aussi huileux et sentant là aussi bon les vacances !

anita a dit…

Ah non, l'huile d'olive, c'est surtout pas à rééditer!

Valérie de Haute Savoie a dit…

Anita :) c'était sans doute dans le tout tout début des années soixante.

Oxygène a dit…

L'huile ça sert à faire cuire ! Les filles ne vous mettez jamais de monoï sur les cheveux avant d'aller au soleil, vous risqueriez d'être très déçues du résultat.

Oxygène a dit…

J'ajoute que mon enfance au Maroc a eu pour effet de me faire dilapider mon capital soleil. A l'époque nous n'avions ni chapeau, ni lunettes noires, ni écran total et il était totalement incongru de mettre un T shirt pour se protéger. Nous nous moquions m^me des femmes de siècles passé qui se protégeaient totalement.

Fay a dit…

TaG ?
peut être veux tu jouer ?
http://fay04.canalblog.com/archives/2008/02/10/index.html

il m'arrive d'ouvrir les flacons d'ambre solaire pour me rappeler les vacances quand on adorait frire !

Jipes a dit…

L'huile d'olive non jamais mais l'ambre solaire oui toutes les vacances ,o)

Cest amusant de voir à quel point l'olfactif peut jouer un grand rôle dans notre mémoire, moi c'est l'odeur de la baguette qui sort du four comme celle que j'allais chercher tous les jours en bas de chez nous

Valérie de Haute Savoie a dit…

J'ai un ami qui à la suite d'un accident a perdu l'odorat... tout perd alors de sa saveur, y compris les souvenirs.
Ah le pain frais...